A la veille de l'élection présidentielle, l'histoire de Marie Curie rappelle ce que la science doit à une société ouverte

Maxime Dahan
Les cendres de Marie et Pierre Curie transférées au Panthéon le 20 avril 1995.

Dans quelques mois on célébrera le 150ème anniversaire de la naissance à Varsovie de Maria Salomea Skłodowska. Venue étudier les sciences à Paris, cette jeune femme y rencontre son futur mari, Pierre Curie. La suite a été maintes fois contée: ils se lancent avec passion dans des travaux de recherche qui les mèneront à la découverte de la radioactivité. Honorée par deux prix Nobel, Marie Curie est devenue une icône de la science française, célébrée dans le monde entier et dont le nom orne le fronton des écoles, lycées, hôpitaux et autres établissements publics.

A un moment où la démarche scientifique, attachée à l'analyse objective et indépendante des faits, est souvent remise en cause et à l'approche d'une élection dont les enjeux -nul ne peut feindre de l'ignorer- dépassent ceux d'un simple quinquennat, l'histoire de cette jeune femme polonaise, devenue figure emblématique de la nation et de ce que notre pays doit à l'immigration, fait à plusieurs titres figure de symbole.

Il ne saurait y avoir de recherche scientifique ambitieuse dans une société barricadée derrière des murs et des barrières.

Symbole d'une recherche scientifique qui transcende les frontières

Il ne saurait, chacun doit le comprendre, y avoir de recherche scientifique ambitieuse dans une société barricadée derrière des murs et des barrières. Nos laboratoires foisonnent d'étudiants de tous pays qui contribuent par leur talent à l'avancement des connaissances et au développement d'innovations. Quelle meilleure réponse pourrait-on apporter aux avocats xénophobes d'un cloisonnement du monde?

Symbole d'une résistance à la haine

A l'heure où la question de l'accueil de scientifiques réfugiés se pose de nouveau avec acuité, il faut rappeler que la laboratoire Curie fut un lieu d'accueil pour des chercheurs en exil, fuyant les persécutions des années 30. D'ailleurs, tant l'Histoire célèbre aujourd'hui l'œuvre de Marie Curie, tant elle oublie les attaques misogynes et xénophobes dont elle fut...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages