Vaucluse : des dealers coulent des dos d'âne pour ralentir la police

·1 min de lecture
« Ces dos d'âne étaient bien plus imposants que les ralentisseurs habituels, ils ont été montés rapidement, en une nuit seulement, avec grand professionnalisme », raconte Bruno Bartocetti.

Les dos d'âne ont été retirés deux jours plus tard par les agents de la mairie, sous protection policière, rapporte « France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur ».

Une première en France. Quatre imposants dos d'âne ont été coulés par des dealers pour ralentir les descentes de police dans la cité du Dr Ayme, à Cavaillon, dans le Vaucluse, rapporte France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur. Coulés à l'aide de béton armé, le week-end du 29 mai, dans cette cité sensible du Vaucluse, les dos d'âne ont finalement été retirés deux jours plus tard par les agents de la mairie, sous protection policière. Pour le moment, aucune interpellation n'a eu lieu. 

Un phénomène d'appropriation des cités

« Ces dos d'âne étaient bien plus imposants que les ralentisseurs habituels, ils ont été montés rapidement, en une nuit seulement, avec grand professionnalisme », raconte le secrétaire national chargé de la zone Sud du syndicat Unité SGP Police-FO, Bruno Bartocetti. Checkpoints, barrages improvisés, routes fermées... Le phénomène d'appropriation des cités par les trafiquants n'est, lui, pas récent. Pour Jean-Baptiste Perrier, directeur de l'institut de sciences pénales et de criminologie à l'université d'Aix-Marseille, il y a deux explications possibles : « La structuration du réseau, parfois digne de vraies entreprises, et l'abandon de ces territoires par les services publics. »

À LIRE AUSSI : Trafic de drogue à Paris : face aux « hordes de zombies », le ras-le-bol des habitants

Des appropriations qui sont souvent au cœur des problèmes entre les habitants et les dealers. En France, 240 000 personnes vivraient du trafic de drogue et près de 4 000 po [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles