Le Vatican classe l'enquête sur un cardinal canadien soupçonné d'agression sexuelle

Le cardinal canadien Gerald Cyprien Lacroix dans la basilique Saint-Pierre de Rome, au Vatican, le 23 février 2014 (VINCENZO PINTO)
Le cardinal canadien Gerald Cyprien Lacroix dans la basilique Saint-Pierre de Rome, au Vatican, le 23 février 2014 (VINCENZO PINTO)

Le Vatican a annoncé mardi classer l'enquête sur l'influent cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix, soupçonné d'agression sexuelle sur une mineure dans son pays, en se fondant sur un rapport commandé par le pape François à un ancien juge québécois.

"Ce rapport ne permet pas d'identifier quelque geste d'inconduite ou d'abus de la part du cardinal", a affirmé mardi le Vatican dans un communiqué. "Une procédure canonique plus poussée n'est pas envisagée" contre ce proche conseiller du pape François, conclut-il.

Une décision qui n'a pas surpris l'avocat canadien de la plaignante. "En rien cela n'est synonyme d'un système de justice indépendant", a déclaré à l'AFP Me Alain Arsenault, qui dénonce une procédure "viciée".

Âgé de 66 ans, Gérald Cyprien Lacroix est soupçonné d'"attouchements" sur une mineure dans le cadre d'une action collective visant plus d'une centaine de membres du diocèse de Québec. Cette action ouverte en 2022 regroupe les témoignages de 147 personnes.

Selon le document judiciaire consulté par l'AFP, celui qui est archevêque de Québec depuis 2011 et cardinal depuis 2014 aurait procédé à des "attouchements" sur une mineure de 17 ans au moment des faits reprochés, entre 1987 et 1988.

Face à cette affaire, le pape François avait demandé en février à l'ex-juge André Denis "de conduire une enquête portant sur les faits, les circonstances et l'imputabilité du délit allégué". Une première pour le Vatican qui n'avait jamais confié à un laïc une enquête visant un cardinal.

Selon le Vatican, le juge Denis a conclu son enquête préliminaire le 6 mai et ses conclusions ont été communiquées "les jours suivants" au pape, qui a donc avalisé la décision d'abandonner la procédure canonique à l'encontre du cardinal Lacroix, l'un des neuf membres du C9, le conseil des neuf cardinaux qui l'assiste dans le gouvernement de l'Eglise et se réunit régulièrement au Vatican.

- "Tolérance zéro" -

"Jamais, à ma connaissance, je n'ai posé de gestes inappropriés envers qui que ce soit, qu'il s'agisse de personnes mineures ou adultes", s'était défendu fin janvier le prélat.

"Les éléments recueillis au cours de mon enquête rendent peu plausibles que les faits reprochés au cardinal se soient produits", a conclu le juge Denis. "La grande faiblesse de mon rapport est que je n'ai pas rencontré la demanderesse", a-t-il toutefois reconnu lors d'une conférence de presse à Québec.

Cette dernière a refusé de le rencontrer, réservant ses déclarations à la "justice", mais elle maintient "évidemment toutes ces accusations", a confié son avocat qui ajoute recevoir chaque semaine de nouveaux témoignages qui vient s'ajouter à l'action collective.

Réitérant son innocence, le cardinal Lacroix va demeurer en retrait encore un certain temps "pour favoriser un règlement de l'action collective", a indiqué le diocèse de Québec dans un communiqué.

Depuis l'élection du pape François en 2013, au moins trois autres cardinaux ont été mêlés à des accusations d'agressions sexuelles, dont Marc Ouellet, lui aussi canadien, qui occupait jusqu'en 2023 l'une des fonctions les plus importantes au sein de la Curie, l'administration centrale du Saint-Siège. Ce dernier a toujours nié "fermement" des accusations "diffamatoires".

Fin 2022, le cardinal français Jean-Pierre Ricard, ancien archevêque de Bordeaux, avait reconnu avoir eu un comportement "répréhensible" avec une adolescente il y a 35 ans. L'enquête de la justice française pour "agression sexuelle aggravée" a été classée sans suite en raison de la prescription des faits, mais une enquête du Vatican se poursuit.

En 2019, le pape François avait défroqué l'ancien archevêque de Washington, Theodore McCarrick, sanction quasi-inédite dans l'histoire de l'Eglise concernant un cardinal, après que le Vatican l'eut reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement au moins un adolescent de 16 ans en 1974, et d'avoir eu un comportement sexuel déplacé auprès de séminaristes adultes.

La lutte contre les violences sexuelles dans l'Eglise constitue l'un des chantiers du pontificat de François, qui défend une politique de "tolérance zéro" face à la multiplication des scandales tout en reconnaissant que l'Eglise doit "faire plus" contre ce fléau.

Le pape argentin a créé une commission consultative pour la protection des mineurs, levé le secret pontifical sur les violences sexuelles du clergé et obligé religieux et laïcs à signaler tout cas à leur hiérarchie. Mais le secret de la confession demeure absolu et les associations de victimes réclament davantage de mesures.

glr-tib/bpe