Un vaste réservoir d'eau découvert dans les profondeurs de l'Antarctique

Un grand réservoir d'eaux douces et salines a été découvert sous la calotte polaire du continent antarctique. L'existence d'un tel phénomène modifie notre vision du système hydrologique en œuvre au sein de cette masse glaciaire. Cela pourrait en effet avoir un impact sur les modèles d'écoulements glaciaires, ces derniers étant de probables acteurs de l'élévation future du niveau de la mer.

De vastes réservoirs d'eau liquide sont-ils cachés sous la calotte de l'Antarctique ? Cette question taraude nombre de scientifiques, qui ont échafaudé cette hypothèse afin d’expliquer la rapidité des courants glaciaires dans les bassins sédimentaires du continent. Jusque-là cependant, cette hypothèse n’avait pu être prouvée. C’est chose faite aujourd’hui : une nouvelle étude publiée dans Science démontre pour la première fois l’existence d'une grande masse d'eau souterraine s’étendant sous le courant glaciaire Whillans, à l’ouest de l’Antarctique. "Nos données révèlent un volume d'eau souterraine à l'intérieur d'une couche de sédiments de plus d'un kilomètre d'épaisseur", explique Chloé Gustafson, géophysicienne à l’observatoire de la Terre Lamont-Doherty à Palisades (Etats-Unis). Ce qui représente un volume 10 fois supérieur à celui du système hydrologique déjà connu ! Pour obtenir ce résultat, l’équipe de chercheurs américains a utilisé des données sismiques et magnétotelluriques : le champ magnétique induit par les courants électriques circulant dans la croûte terrestre permet en effet de mesurer la distribution de la résistivité des sols sur des centaines de kilomètres de profondeur.

"Système hydrologique subglaciaire"

Au sein de l’inlandsis, l'eau de fonte produite notamment par la chaleur terrestre se déplace à travers une sorte de réseau de plomberie connu sous le nom de "système hydrologique subglaciaire". Composé de lacs, canaux, cavités et sédiments perméables (till), ce système était jusqu'à présent considéré comme peu profond, situé à la base de la couche de glace ou dans son voisinage. La découverte d’une nappe phréatique au-dessous d’un courant de glace éclaire d’un nouveau jour le phénomène d’écoulement des glaces. L'eau peut en effet l’affecter en fournissant une lubrification entre la glace et le substrat rocheux ou en déformant les sédiments humides sous les glaciers. Elle contrôle ainsi la dynamique de la calotte antarctique.

La région du coura[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles