Variole du singe: un premier cas confirmé en Ukraine

Image issue d'un microscope électronique montrant un virion de variole du singe, obtenu d'un échantillon issu de l'épidémie chez des chiens de prairie en 2003 - Cynthia S. Goldsmith © 2019 AFP
Image issue d'un microscope électronique montrant un virion de variole du singe, obtenu d'un échantillon issu de l'épidémie chez des chiens de prairie en 2003 - Cynthia S. Goldsmith © 2019 AFP

Un premier cas de variole du singe a été confirmé jeudi en Ukraine chez un patient qui a été hospitalisé, a indiqué le ministère de la Santé. Le malade souffre de fièvre et d'une éruption cutanée, a ajouté le ministère sur Facebook sans plus de précision. L'infection a été confirmée jeudi par un test PCR.

Une enquête épidémiologique est en cours, mais selon les premières données, a précisé le ministère, le patient aurait contracté la maladie "dans une des grandes villes" du pays, en proie depuis février à l'invasion de son voisin russe.

Plus de 54.000 cas dans le monde

Selon le tableau de bord de l'OMS qui répertorie tous les cas confirmés, il y avait à la date du 7 septembre, 54.709 cas et 18 décès enregistrés dans 125 pays dont 98% en Europe et en Amérique du Nord.

La variole du singe ("monkeypox" en anglais) se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée. La maladie guérit d'habitude spontanément après deux à trois semaines, mais elle peut entraîner de graves complications, notamment des infections bactériennes.

Article original publié sur BFMTV.com