Variole du singe: En plein mois des fiertés, l'OMS appelle à la vigilance

La marché des fiertés de Los Angeles, le 12 juin 2022 (Robert Gauthier/Los Angeles Times via Getty Images) (Photo: Robert Gauthier via Getty Images)
La marché des fiertés de Los Angeles, le 12 juin 2022 (Robert Gauthier/Los Angeles Times via Getty Images) (Photo: Robert Gauthier via Getty Images)

La marché des fiertés de Los Angeles, le 12 juin 2022 (Robert Gauthier/Los Angeles Times via Getty Images) (Photo: Robert Gauthier via Getty Images)

ÉPIDEMIE - Alors que le mois de juin est marqué par l’organisation de nombreuses marches des fiertés et d’événements festifs au sein de la communauté LGBT+, c’est un message de prévention que le directeur de l’OMS Europe a voulu faire passer ce mercredi 15 juin 2021. Rappelant que le continent européen constitue “l’épicentre” de l’épidémie de variole du singe “avec 25 pays signalant plus de 1500 cas, soit 85% du total mondial”, Hans Kluge a appelé à une “communication plus claire” autour de la maladie. “Le besoin immédiat est de contenir cette épidémie en arrêtant la transmission”, a-t-il souligné, estimant que “l’ampleur de cette épidémie présente un risque réel” et appelle des actions “de toute urgence”.

“Jusqu’à présent, en Europe, la majorité –mais pas la totalité– des patients signalés concernait des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes”, a souligné le médecin. Nombre d’entre eux ont signalé “des partenaires sexuels multiples et parfois anonymes”. Par conséquent, “identifier, retrouver et informer rapidement les partenaires sexuels [...] est essentiel pour enrayer la propagation” du virus.

Prévention dans les événements et applications de rencontre

Néanmoins, “la variole du singe en elle-même ne cible aucun groupe en particulier”, a rappelé Hans Kluge. “La stigmatisation de certaines populations nuit à la réponse de santé publique, comme nous l’avons vu à maintes reprises dans des contextes aussi divers que le VIH/sida, la tuberculose et le Covid-19. La variole du singe sera opportuniste dans sa lutte pour sa survie, et sa propagation dépendra des conditions qui lui seront offertes.”

Avec le mois des fiertés et l’arrivée de l’été, ce sont nombre de marches des fiertés, festivals de musique et “rassemblements de masses” qui sont attendus sur le continent européen. “Ce sont autant d’opportunités de dialoguer avec des personnes jeunes, sexuellement actives et très mobiles. La variole du singe ne doit pas être une raison pour annuler des événements, mais une occasion de les mettre à profit pour agir.”

Ainsi, l’OMS et les autorités de santé vont contacter les organisateurs d’événements et application de rencontre “pour fournir des informations claires afin de sensibiliser à l’infection à la variole du singe”.

Une fièvre suivie de boutons

Comme le rappelle Santé publique France, la variole du singe “débute par une fièvre, souvent forte et accompagnée de maux de tête”, de courbatures et de fatigue. Après deux jours survient une éruption de boutons remplis de liquide qui se dessèchent avant de former des croûtes. Ces boutons (ou “vésicules” dans le langage médical) se concentrent “sur le visage, les paumes des mains et plantes des pieds”, ainsi que sur les muqueuses, “dans la bouche et la région génitale”. L’incubation de la maladie peut aller de 5 à 21 jours, et la maladie guérit “le plus souvent spontanément, au bout de deux à trois semaines”.

Le virus peut être transmis “par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons…)”, décrit Santé publique France. “On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselle, linge de bain…). Il est donc important que les malades respectent un isolement pendant toute la durée de la maladie jusqu’à disparition des dernières croûtes, le plus souvent 3 semaines.”

“La vaccination de masse n’est pas nécessaire”

Pour l’instant, “la vaccination de masse n’est pas recommandée ni nécessaire”, a indiqué Hans Kluge, d’autant que les vaccins et antiviraux sont disponibles en “quantités limitées”. Et le médecin d’appeler à l’”équité” dans la lutte contre la maladie, notamment en soutien aux pays d’Afrique “où la variole du singe est endémique depuis longtemps”.

Ce mardi, la Commission européenne et le laboratoire danois Bavarian Nordic ont annoncé la conclusion d’un contrat portant sur l’achat de plus de 100.000 doses de vaccins contre la variole du singe.

À voir également sur Le HuffPost : Les liens entre variole du singe et Covid ne sont pas ceux auxquels vous pensez

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles