Variole du singe : qui peut se faire vacciner en France ?

Le 8 juillet 2022, la Haute Autorité de Santé a modifié ses recommandations à propos de la vaccination contre la variole du singe. La stratégie initiale consistait à vacciner les personnes infectées par le virus, dans les quatre jours maximum, et leurs contacts proches. Malheureusement, cela n'a pas permis de limiter suffisamment la propagation du virus de la variole du singe.

Désormais, toutes les personnes considérées comme à risque de contracter la maladie peuvent recevoir un vaccin. Pour accueillir ce public, plusieurs centres de vaccination ont été installés partout en France (la liste des centres est disponible ici), mais surtout en Ile-de-France, la région la plus touchée par la maladie. Faisons le point sur cette nouvelle stratégie vaccinale.

Variole du singe : ce que l'on sait sur le virus

Les personnes éligibles à la vaccination

La Haute Autorité de Santé a identifié plusieurs groupes de personnes à risque de contracter la variole du singe :

  • les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes et des partenaires sexuels multiples ;

  • les personnes transgenres ayant plusieurs partenaires sexuels ;

  • les travailleurs du sexe ;

  • les professionnels des lieux de consommation sexuelle.

Les professionnels de santé ne sont pas, à ce jour, concernés par la vaccination contre la variole du singe, mais selon les cas (risque d'exposition, problèmes de santé), elle pourra tout de même être envisagée.

La variole du singe circule de façon inhabituelle hors d'Afrique. Pour endiguer sa progression, la vaccination est ouverte à toutes les personnes à risque. © nobeastsofierce, Adobe Stock
La variole du singe circule de façon inhabituelle hors d'Afrique. Pour endiguer sa progression, la vaccination est ouverte à toutes les personnes à risque. © nobeastsofierce, Adobe Stock

Imvanex et Jynneos, les deux vaccins disponibles

Les vaccins Imvanex et Jynneos ont une composition identique, seul leur nom commercial change. Ces derniers sont composés d'un principe actif : au minimum 105 unités infectantes du virus vivant modifié de la vaccine d'Ankara. Ces unités infectantes sont capables de stimuler efficacement la réponse immunitaire mais sont non-réplicatives, ce...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles