Variole du singe : l'OMS soupçonne une «transmission non détectée»

© DASRIL ROSZANDI / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

La flambée actuelle de cas de variole du singe dans une trentaine de pays, en-dehors des zones endémiques, suggère que la transmission du virus est passée sous les radars pendant un certain temps, a annoncé l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lors d'une conférence de presse mercredi. "L'apparition soudaine de la variole du singe dans différents pays au même moment suggère que la transmission n'a pas été détectée pendant un certain temps", a déclaré son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Plus de 550 cas dans 30 pays -où la maladie n'est pas endémique et n'apparaît que très rarement- ont été signalés à l'OMS depuis le début de l'éruption actuelle de cas il y a près d'un mois, a-t-il ajouté. L'arrivée en Europe mais aussi en Amérique du nord au Moyen-Orient notamment, d'une maladie habituellement présente en Afrique a suscité une vague d'inquiétude ces dernières semaines, avec la crainte d'une nouvelle pandémie.

 

LIRE AUSSI - Variole du singe : 33 cas confirmés en France, selon les autorités sanitaires

"L'OMS exhorte les pays touchés à élargir leur surveillance, et à dépister les cas dans leurs communautés au sens large", a averti le Dr. Tedros, rappelant que n'importe qui pouvait être infecté par le virus en cas de contact rapproché avec un malade. Jusqu'ici, la plupart des cas recensés concernent des "hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes", a précisé le directeur de l'OMS.

"Une source d'inquiétude"

Si l'agence onusienne de la santé s'attend à un...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles