Variole du singe : l’OMS lance le niveau d’alerte maximale

© REUTERS

La flambée des cas de variole du singe inquiète l’OMS. Rien qu’en France, les cas ont presque doublé en l’espace d’une semaine. Au niveau international, ce sont 17.000 personnes qui auraient été touchées dans 74 pays, avec un pic en Europe alors que les autres continents sont relativement épargnés, d’après les chiffres de l’OMS. Des données et une contagiosité qui ont poussé le directeur de l’organisation à déclencher ce samedi 23 juillet son plus haut niveau d’alerte.

Qu’est-ce que le niveau d’alerte maximale ?

Il s’agit seulement du 7e déclenchement du plus haut niveau d’alerte de l’OMS depuis la création de l’organisation en 1948. Ce déclenchement n’intervient qu’en cas de situations « graves, soudaines, inhabituelles ou inattendues » explique son directeur Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Ces mesures doivent protéger la santé, les droits humains et la dignité de la communauté affectée », ajoute-t-il.

La variole du singe touchant particulièrement la communauté masculine homosexuelle , le directeur souhaite entre autres éviter tout risque d’hostilité ou de traitement discriminatoire, comme ce fut le cas lors des premières contaminations du virus du sida. Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine , 98% des personnes touchées seraient des hommes gays ou bisexuels, et la maladie aurait été transmise dans 95% des cas par relation sexuelle.

« Il est essentiel que tous les pays travaillent étroitement avec les communautés d’hommes qui ont des relations sexuelle...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles