Variole du singe : l’OMS déclenche son plus haut niveau d’alerte

DADO RUVIC / REUTERS

“Pour la deuxième fois en deux ans, l’Organisation mondiale de la santé a pris la rare décision de déclarer une urgence mondiale”, remarque le New York Times. L’OMS a déclenché samedi son plus haut niveau d’alerte pour tenter de juguler la flambée de variole du singe, qui a frappé près de 17 000 personnes dans 74 pays, a annoncé son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

“La déclaration de l’OMS signale un risque pour la santé publique nécessitant une réponse internationale coordonnée”, décrypte le quotidien américain. Ce niveau d’alerte vise notamment à “amener les pays membres à investir des ressources importantes dans le contrôle d’une épidémie, à recueillir davantage de fonds pour riposter contre la maladie et à encourager les pays à partager des vaccins, des traitements et d’autres ressources clés pour contenir l’épidémie”.

“Crainte de discriminations contre la communauté LGBT”

Cette décision prise par Tedros Adhanom Ghebreyesus ne faisait pourtant pas l’unanimité parmi le comité d’experts de l’OMS qui n’a pas réussi à atteindre un consensus. “Neuf membres étaient opposés à une telle déclaration et six en faveur”, a précisé le directeur général de l’OMS qui a fini par “prendre la décision inhabituelle de ne pas tenir compte de l’avis du comité”, explique le Washington Post.

Les membres du comité opposés à une déclaration d’urgence ont cité plusieurs raisons, souligne le quotidien de la côte est : d’abord, “le fait que des premiers signes de stabilisation de l’épidémie” ont été constatés. Ensuite, “le fait qu’il existe encore peu de preuves d’une transmission substantielle au-delà des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes”. Et enfin, “la crainte qu’une urgence sanitaire n’alimente des discriminations contre la communauté LGBT dans les pays où l’homosexualité est criminalisée”.

Une étude publiée jeudi dans la revue scientifique New England Journal of Medicine confirme que dans 95 % des cas récents, la maladie a été transmise lors d’un contact sexuel et 98 % des personnes touchées étaient des hommes gays ou bisexuels.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles