Variole du singe : une infection à Monkeypox pourrait provoquer des complications neurologiques

Au 12 septembre 2022, 3 833 cas de variole du singe ont été recensés en France. Si le pic est passé et que le nombre de cas semble désormais baisser, de nouvelles données arrivent peu à peu sur cette infection dont les premiers cas sont arrivés en France au mois de mai. Selon un rapport de l’équipe d’intervention d’urgence du CDC (Centers for Disease Control and Prevention), le virus Monkeypox pourrait provoquer des complications neurologiques et notamment une inflammation cérébrale.

Les autorités sanitaires américaines ont identifié deux cas d’encéphalomyélite – une attaque brève mais généralisée d’inflammation du cerveau et de la moelle épinière – chez deux jeunes hommes auparavant en bonne santé. Des symptômes qui se sont déclarés entre 5 et 9 jours après le début du Monkeypox.

Le premier patient – résidant dans le Colorado – âgé d’une trentaine d’années, a d’abord présenté des symptômes tels que de la fièvre, des frissons, de la fatigue et un éruption cutanée propre à la variole du singe. Neuf jours après avoir été testé positif, il a ressenti un engourdissement progressif de ses membres supérieurs et inférieurs du côté gauche de son corps, ainsi qu’une rétention urinaire et une érection prolongée.

L’autre patient, habitant lui à Washington D.C., a eu de la fièvre, des douleurs musculaires et une éruption cutanée avant d’être lui aussi testé positif au Monkeypox. Cinq jours plus tard, il connaissait (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Règles abondantes (ménorragies) : signes, causes, quand s'inquiéter ?
Mal à l'estomac : voici 9 astuces naturelles pour y échapper
Votre père fumait ? Vos enfants pourraient bien souffrir d'asthme
Voici comment limiter la sensation de ventre gonflé après le repas
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce jeudi 15 septembre 2022 : cas, les infos du jour en direct