Variole du singe : la hausse des cas dans les pays non endémiques, comme la France, suscite l’inquiétude

© Sipa

Les faits. La France comptait mardi 66 cas confirmés d’infection à la variole du singe , selon le bilan de Santé publique France (SPF) publié sur son site. Le précédent bilan, vendredi, faisait état de 51 cas. Sur ces 66 cas confirmés, « 61 ont fait l’objet d’une investigation, un a refusé celle-ci, un demeure injoignable et 3 sont en cours d’investigation », détaille l’autorité sanitaire qui précise que « tous les cas investigués sont des hommes, âgés entre 22 et 63 ans (âge médian : 35 ans) ».

Une deuxième personne hospitalisée. La semaine dernière, une première personne avait été hospitalisée, mais « ne l’est plus à ce jour », a précisé mardi Santé publique France. Depuis, Sud Ouest a révélé qu’un deuxième patient avait été admis en soins, au CHU de Bordeaux. « Un homme d’une trentaine d'années, domicilié dans la région bordelaise, dont l’état n’inspire pas d’inquiétude », indique toutefois le quotidien. La variole du singe reste en effet une maladie le plus souvent bénigne, mais sa diffusion en dehors des zones endémiques telles que l’Afrique de l’Ouest demeure une source de préoccupation.

Le cap des 1 000 cas dépassé dans les pays non endémiques. Selon son décompte, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ainsi annoncé mercredi soir que « plus de 1 000 cas confirmés de la variole du singe ont maintenant été signalés à l’OMS dans 29 pays où la maladie n’est pas endémique ». Mais selon l’organisation, aucun décès n’a été signalé dans ces pays, contrairement aux pays ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles