Variole du singe : une experte de l’Institut Pasteur décrypte une maladie « vraiment inhabituelle »

La variole du singe continue de progresser en France et dans le monde. Au dernier recensement, 91 cas ont été confirmés en France et presque autant sont en cours d'investigation. Afin d'avoir toutes les clés pour comprendre cette maladie, son émergence et sa prise en charge, Futura s'est entretenu avec India Leclercq, enseignante-chercheuse à la Cellule d'Intervention Biologique d'Urgence de l'Institut Pasteur et à l'Université Paris-Cité. Avec ses collègues, elle étudie et surveille les maladies infectieuses émergentes en France et répond aux urgences biologiques 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

India Leclercq, enseignante-chercheuse à l'Institut Pasteur et à l'université Paris Cité répond à nos questions sur la variole du singe
India Leclercq, enseignante-chercheuse à l'Institut Pasteur et à l'université Paris Cité répond à nos questions sur la variole du singe

Sait-on d'où vient la souche de la variole du singe qui circule hors d'Afrique depuis le début du mois de mai ?

India Leclerq : Récemment, nous avons obtenu un certain nombre de séquences complètes du génome. Même si les données doivent être consolidées, les premières analyses suggèrent que la souche qui circule actuellement dans les régions non endémiques est similaire à celle qui circulait en 2017-2018 au Nigeria et qui a été à l'origine d'un épisode épidémique notable. D'ailleurs, à cette époque, il y avait eu déjà quelques cas d'importation dans des régions non endémiques.

Le nombre de cas de variole du singe hors d'Afrique est inédit. Est-ce le signe que cette souche est plus transmissible que les autres ?

India Leclerq : C'est vraiment inhabituel, il n'y a jamais eu autant de cas hors d'Afrique. Mais il est encore un peu tôt pour affirmer que la souche est plus transmissible que les souches qui circulent en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. Il faut avoir un peu plus de données épidémiologiques pour mieux caractériser la dynamique de transmission et de circulation du virus. Compte tenu du mode de transmission par contact direct et par gouttelettes respiratoires, le nombre de cas au niveau mondial est encore relativement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles