Varicelle: que risque-t-on à l'attraper adulte?

Adrien Filoche
La pneumonie varicelleuse est la principale complication de la maladie chez l’adulte et se manifeste dans les 3 à 5 jours suivant l’éruption, par une toux sèche, un essoufflement, une douleur thoracique et parfois des crachats de sang. 

SANTÉ - Depuis plusieurs semaines, une épidémie de varicelle frappe la France et s’étend sur la moitié du pays. Douze foyers régionaux, dont cinq en “activité forte”, ont été identifiés par le réseau Sentinelles.

Parmi les régions les plus touchées, on retrouve les Pays de la Loire (137 cas pour 100.000 habitants), l’Île-de-France (56 cas), le Grand Est (56 cas), les Hauts-de-France (56 cas) et l’Occitanie (41 cas). Chaque année, au-delà de ces pics de contamination, Santé publique France rapporte quelque 700.000 cas dans l’Hexagone.

La varicelle est une maladie infectieuse, le plus souvent bénigne chez l’enfant, qui se transmet “par voie respiratoire, par inhalation de gouttelettes de salive émises par une personne malade ou par contact direct avec ses lésions cutanées”, explique l’agence de santé publique. 

La varicelle confère une immunité définitive. En d’autres mots, une fois qu’on l’a eue, il est impossible de l’avoir à nouveau. Neuf personnes sur dix l’attrapent avant de dépasser le palier des 10 ans, ce qui veut aussi dire que 10% de la population n’est pas immunisée après ce stade. Et plus l’âge de la contagion retarde, plus on s’expose à des risques. 

Davantage de complications chez l’adulte

Chaque année en France, plus de 30.000 adultes sont touchés par le virus. Chez ces individus, notamment les personnes plus âgées, cette maladie peut être à l’origine de complications pulmonaires et neurologiques sévères. 

La pneumonie varicelleuse est la principale complication de la maladie chez l’adulte et se manifeste dans les 3 à 5 jours suivant l’éruption, par une toux sèche, un essoufflement, une douleur thoracique et parfois des crachats de sang. 

“Si un adulte fait de la varicelle, ça peut très bien se passer heureusement dans la majorité des cas. Il faut surtout s’inquiéter si le patient a des problèmes respiratoires ou des troubles de conscience, car il peut s’agir du début d’une encéphalite et d’un coma”, précise le Pr Christian Perronne, chef de service des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post