Les variants du coronavirus vont-ils devenir majoritaires en France ?

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Actuellement, le variant D614G du SARS-CoV-2 représente la majorité des cas d'infection en France. Mais les nouveaux variants identifiés, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil, à la fin de l'année 2020, gagnent du terrain. Par ailleurs, le variant B.1.1351 (ou le variant sud-africain) a supplanté celui autrefois majoritaire en Afrique du Sud, remettant en cause la campagne de vaccination.

En effet, le pays a annoncé la suspension des injections du vaccin d'AstraZeneca contre la Covid-19, dont l'efficacité contre le variant B.1.1351 semble limitée. Est-ce que le même phénomène pourrait arriver en France ?

Variants du coronavirus : lequel d'entre eux est le moins neutralisé par le système immunitaire ?

Surveillance virologique

Santé publique France a effectué deux enquêtes flash à 20 jours d'intervalle. La première a eu lieu le 7 et 8 janvier 2021 et la seconde, le 27 janvier 2021. Le but de ces investigations est d'identifier les cas d'infection au variant anglais, sud-africain ou brésilien parmi les tests de dépistage positifs à la Covid-19.

Pour cela, deux étapes sont nécessaires en plus de la PCR de dépistage classique. Lorsqu'un test RT-PCR de dépistage est positif pour la Covid-19, les laboratoires ayant le matériel nécessaire peuvent réaliser une deuxième PCR, appelée PCR de criblage, qui met en évidence la mutation N501Y sur la protéine S. Les échantillons qui sont positifs à ce deuxième test, ou qui donnent un résultat dit discordant, sont alors envoyés au Centre national de référence (CNR) Virus et Maladies infectieuses de Lyon qui fera un séquençage complet pour confirmer la présence du variant et sa nature.

À l'issue de la première enquête flash, il apparaît que 3,8 % des PCR positives sont soupçonnées d'être un variant. Cela a été confirmé pour 38 % de ces échantillons lors du séquençage. Ainsi, 1 à 2 % des cas de Covid-19 diagnostiqués sont imputables au variant anglais du SARS-CoV-2. La seconde enquête flash du 27 janvier met en lumière la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura