Variant indien : "Le fait qu'il soit présent en Europe devrait déjà nous alerter"

·1 min de lecture

Alors que l’épidémie de coronavirus semble hors de contrôle en Inde, le pays fait face à l’apparition d’un nouveau variant, le B.1.617, qui serait plus infectieux et résisterait mieux aux anticorps selon les premières études. Explications avec Étienne Decroly, chercheur en virologie à l’Université d’Aix-Marseille et au CNRS.

Ce mercredi 21 avril, l'Inde a rejoint la liste des pays en provenance desquels tout voyageur entrant en France devra s'astreindre à un isolement de dix jours à partir de ce week-end, aux côtés du Brésil, de l'Argentine, du Chili, de l’Afrique du Sud et de la Guyane.En cause, une épidémie de coronavirus qui semble désormais incontrôlable dans le pays, avec plus de 295 000 contaminations pour la seule journée du 20 avril. Mais aussi l'apparition d'un nouveau variant, le B.1.617, dont la contagiosité et la dangerosité sont encore à l'étude.Les premières observations des virologues semblent montrer que ce variant résiste mieux aux anticorps et qu'il est probablement plus contagieux que le virus souche, même si sa contagion n'atteindrait pas le niveau du variant anglais. Alors que ce variant indien a déjà été repéré en Allemagne, au Royaume-Uni et en Guyane, mais pas encore en France métropolitaine, Marianne a demandé des précisions à Étienne Decroly, chercheur en virologie à l'Université d'Aix-Marseille et au CNRS.Marianne : Que sait-on aujourd’hui des spécificités de ce variant indien ?Étienne Decroly : La première observation est qu’il y a une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Importation des variants : les failles du dispositif de quarantaine imposée pour les voyageurs

Covid : pourquoi le variant brésilien pourrait devenir problématique cet été

Variant brésilien : "Il faut envisager un scénario catastrophe"

Stratégie vaccinale : l'Europe à la ramasse, vive le variant anglais !

Covid-19 : à quel moment un variant devient-il inquiétant ?