Variant indien du Covid-19 : faut-il des quarantaines plus strictes en France ?

Vingt étudiants indiens positifs au très contagieux variant indien du Covid-19 ont été placés en isolement à Alost, en Belgique. C’est par la France qu’ils ont rejoint l’Europe. Ils sont passés entre les mailles du filet : leur tests PCR à l’embarquement était négatif, tout comme le test antigénique réalisé à l’arrivée à Paris. Mais cinq jours après leur arrivée en Belgique, le 17 avril, ils ont observé leurs premiers symptômes. Une quarantaine plus stricte ? Ces tests sont-ils suffisants pour limiter la propagation des variants ? "Les tests antigéniques sont très fiables, on sait qu'ils sont un peu moins sensibles que les tests PCR, on peut rater environ 10 à 15% des cas, ça dépend vraiment du moment où on va les réaliser", explique le professeur Jean-Michel Pawlotsky, virologue. Ces étudiants étaient probablement en phase d’incubation, ce qui pourrait expliquer pourquoi le virus n’a pas été détecté. Ils ont ensuite suivi la recommandation d’isolement à leur arrivée. Au Royaume-Uni, par exemple, les voyageurs en provenance de zones à risque sont escortés vers des hôtels désignés spécifiquement pour la quarantaine.