Variant britannique du Covid-19 : où en est la stratégie française pour freiner sa propagation ?

La souche mutante est bel et bien arrivée en France. Alors qu’au Royaume-Uni l’épidémie est désormais "hors de contrôle", plusieurs cas ont été identifiés dans l’Hexagone. Le premier d’entre eux, le 25 décembre dernier, au CHU de Tours, mais aussi à Marseille ou Bagneux. Cette dernière localité interroge, car la femme positive n’a jamais été en Grande-Bretagne contrairement aux autres personnes testées positives. Olivier Véran a annoncé vouloir "cartographier les résultats" dans une vaste opération de séquençage du virus. "Améliorer les mesures d’isolement" Pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et de Londres notamment, il convient de présenter, en plus de son passeport, un test PCR négatif pour rentrer sur le territoire. Mais le virus est déjà présent dans 22 pays européens, selon l’OMS. Alors certains médecins réclament des mesures plus fortes. "Il faut qu’on améliore les mesures d’isolement parce qu’un certain nombre de personnes ne le respectent pas quand elles sont positives, il n’y a pas de contrôle", regrette le Dr. Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine).