Variant breton du covid : pourquoi est-il plus difficile à détecter avec les PCR classiques ?

·1 min de lecture

Un variant du coronavirus, détecté en Bretagne, est plus difficilement détectable par les tests PCR. Des nouveaux chiffres sur sa circulation devraient rapidement être disponibles.

Plus contagieux, plus agressif, et maintenant plus difficilement détectable. Avec les variants du coronavirus, on peut s’attendre à tout. Le dernier en lice, repéré en Bretagne, pourrait donner du fil à retordre. C’est l’hôpital de Lannion qui a donné l’alerte : des patients présentaient des " symptômes typiques du Covid " avec " parfois " des résultats de tests PCR négatifs, a expliqué Stéphane Mullier, directeur de l’ARS Bretagne. Au total, huit patients, tous décédés, étaient porteurs du nouveau variant. Or un seul avait été déclaré positif grâce à un test PCR classique, sur des prélèvements nasopharyngés. Pour les autres, il a fallu mener des tests sérologiques ou des " prélèvements respiratoires plus profonds " pour confirmer la présence du Covid-19.Des échantillons envoyés à l'Institut Pasteur pour établir un séquençage ont mis en évidence le nouveau variant. Celui-ci présente neuf mutations sur la protéine Spike du virus, qui lui permet de se fixer à nos cellules, et d’autres changements sur le reste du matériel génétique. Une variable qui pourrait complexifier la suite de l’épidémie. Plus difficile, en effet, de limiter la transmission si les tests ne remplissent plus leur fonction. Une autre méthode de détection pourrait-elle être fiable ? Ce variant pourrait-il se répandre ?...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Un variant anglais 64 % plus mortel ? "Il faut rester prudents avec ce chiffre"

Un variant new-yorkais du Covid-19 pourrait rendre les traitements moins efficaces

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Vaccin unidose, efficace contre les variants : Johnson & Johnson, nouvelle coqueluche des États ?