Variant brésilien : l'Europe recommande de maintenir les restrictions de vols

Par Emmanuel Berretta
·1 min de lecture
Sous la pression, la France a suspendu les vols directs avec le Brésil.  
Sous la pression, la France a suspendu les vols directs avec le Brésil.

La France a fini par suspendre, mardi, ses vols directs avec le Brésil, où la situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver en raison de l'émergence d'un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel. Au sein de l'Union européenne, le Portugal a suspendu ses liaisons aériennes avec le Brésil jusqu'au 15 avril, tout comme les Pays-Bas. La Commission recommande de prolonger ses restrictions de liaisons aériennes. Si l'UE s'est accordée pour fermer son espace intérieur aux extracommunautaires, elle a maintenu des exceptions pour rapatrier ses concitoyens ou des résidents bénéficiant d'un permis de séjour long. Une recommandation a été émise par la Commission qui est appliquée variablement selon les pays.

En France, où le variant brésilien est très minoritaire, des professionnels de santé s'inquiètent de sa propagation, et la légèreté des mesures françaises envers les passagers en provenance du Brésil était dénoncée depuis plusieurs jours, y compris au sein de l'hémicycle européen. Interrogé, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, expliquait, lundi, que la France avait « gardé quelques lignes » avec le Brésil, mais que les arrivants venaient « après avoir eu un test PCR négatif ». Sous la pression, le Premier ministre Jean Castex a annoncé, mardi après-midi, la suspension « jusqu'à nouvel ordre » de tous les vols entre le Brésil et la France.

À LIRE AUSSINicolas Baverez ? Covid : le Brésil ne s'en sort vrai [...] Lire la suite