Le variant anglais possède une nouvelle mutation

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Les instances de santé publique britanniques suivent de près l'évolution du variant anglais du SARS-CoV-2, appelé aussi plus trivialement B.1.1.7 VOC 202012/01. Leur dernier rapport, mis à jour le 26 janvier 2021, indique que le variant anglais possède une nouvelle mutation dans la séquence de sa protéine S. Elle n'a été observée que dans quelques séquences de la base de données COG-UK. Cette dernière regroupe plus de 200.000 séquences génétiques du variant anglais, la mutation est présente dans onze de ces séquences.

E484K, la nouvelle mutation du variant anglais

La mutation en question est bien connue des scientifiques, il s'agit de la substitution E484K (une lysine remplace un acide glutamique à la position 484) observée dans les variants sud-africains et brésiliens. Avec cette dernière, le variant anglais porte neuf mutations différentes, rien que dans la protéine S. Si N501Y permet au virus de se propager plus facilement, E484K lui permettrait d'échapper aux anticorps neutralisants.

En effet, une étude récente a souligné que la présence de la mutation E484K diminuait d'un facteur dix la capacité neutralisante des anticorps issus du sérum de patients ayant eu la Covid-19. Les expériences de Moderna, qui a testé la capacité neutralisante des anticorps produits par son vaccin mRNA-1273, confirment cette observation, leur efficacité contre le variant sud-africain est diminuée d'un facteur six par rapport aux autres variants.

Pfizer et Moderna ont éprouvé l'efficacité de leur vaccin contre le variant anglais, les résultats partagés ne montraient pas de différences notables, mais la protéine S utilisée lors de ces expériences ne portait par la mutation E484K. Pas sûr qu'ils soient identiques pour les variants anglais portant la nouvelle mutation.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura