Vapotage : un nouveau bilan fait état de 530 malades et 7 morts aux Etats-Unis

L'épidémie de maladies pulmonaires liées au vapotage continue aux Etats-Unis, le nombre de cas passant de 380 à 530 dans le pays, avec un nombre inchangé de sept décès, selon le bilan hebdomadaire communiqué jeudi par les autorités sanitaires. 

L'épidémie de maladies pulmonaires liées au vapotage continue aux Etats-Unis, le nombre de cas passant de 380 à 530 dans le pays, avec un nombre inchangé de sept décès, selon le bilan hebdomadaire communiqué jeudi par les autorités sanitaires. Plus de la moitié des malades ont moins de 25 ans, et les trois-quarts sont des hommes, a annoncé Anne Schuchat, des Centres de contrôle et de prévention des maladies. 16% des malades ont moins de 18 ans.

Les laboratoires d'analyse de l'agence des médicaments FDA sont en possession de plus de 150 échantillons suspects, mais n'ont toujours pas identifié la ou les susbtances responsables de ces maladies pulmonaires aigües, a expliqué Mitch Zeller, directeur du centre pour le tabac à la FDA. "Il n'y a pas de dénominateur commun sur le ou les produits utilisés, comment ils sont utilisés, où ils ont été achetés, et ce qui a pu se passer entre le moment où l'utilisateur les obtient et celui où il est vaporisé et inhalé", a insisté Mitch Zeller. Les enquêteurs sont très prudents sur la cause possible des maladies, que ce soit une marque, un produit, ou une source.

Des recharges achetées à des dealers dans la rue ou sur internet

Dans de nombreux cas, les recharges impliquées contenaient du THC, le principe psychoactif du cannabis. Ces recharges sont achetées la plupart du temps à des dealers dans la rue ou sur internet, puisque le cannabis reste illégal dans une partie des Etats-Unis. Il peut aussi y avoir des recharges de contrefaçon, aux ingrédients mal contrôlés. La FDA teste les échantillons pour identifier avec quoi la nicotine ou le THC ont été coupés, ainsi que les diluants, d'autres additifs, des pesticides, des poisons et des toxines. Le bureau d'enquêtes criminelles de(...)


Lire la suite sur Paris Match