De la vapeur d'eau détectée sur une exoplanète en zone habitable, une première

Grégory Rozières
1 / 4

De la vapeur d'eau détectée sur une exoplanète en zone habitable, une première

Des chercheurs ont découvert de la vapeur d'eau dans l'atmosphère d'une exoplanète rocheuse

SCIENCE - Imaginez-vous, quelque part dans l’espace, vers la constellation du Lion. Vous êtes sur K2-18b, une exoplanète bien loin du système solaire, à 111 années-lumière de la Terre. Elle est deux fois plus grande que notre planète et huit fois plus massive, très dense.

Dans le ciel se dessine une étoile rouge et non jaune-orangé, plus petite, mais bien plus proche. La température est similaire à celle sur Terre. La gravité y est importante, vous avez du mal à marcher. L’atmosphère d’hydrogène est très dense. Un an ne dure que 33 jours.

Cette description de K2-18b est approximative, basée sur des conjonctures, des théories. En revanche, nous sommes aujourd’hui certains d’une chose: il y a de la vapeur d’eau dans l’atmosphère. Et c’est une première pour une telle planète rocheuse, située dans la zone habitable, donc à la bonne distance de son étoile pour que de l’eau liquide, essentielle à une vie biologique extraterrestre, puisse théoriquement exister.

L’équipe de scientifiques à l’origine de cette découverte a publié ses travaux dans Nature ce mercredi 11 septembre. En parallèle, d’autres chercheurs ont également fait état de leur avancement sur le sujet sur le site Arxiv, avec un résultat similaire, mais l’article n’a pas encore été validé par une revue scientifique. C’est une pierre importante dans la quête d’exoplanètes capables d’héberger la vie. Mais une pierre loin d’être suffisante, tant K2-18b est différente de la Terre.

Hubble et intelligence artificielle

K2-18 comparée au Soleil

Pour réaliser cette détection, les auteurs ont utilisé des images captées par le télescope spatial Hubble. L’un de ses instruments, un spectrographe, a analysé en détail K2-18, une étoile trois fois moins massive que le Soleil, une “naine rouge”. À chaque fois que K2-18b passe entre nous et son étoile, la lumière qui nous arrive est un petit peu diminuée, modifiée. C’est comme cela qu’on trouve les exoplanètes.

Ici, les chercheurs sont allés plus loin en décomposant la lumière et en analysant ces...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo peut également vous intéresser :