Vanessa Paradis : ses confidences sur sa relation avec Lenny Kravitz

Nous sommes en 1992. A l'époque, Vanessa Paradis est déjà une chanteuse reconnue, qui a vécu ses premiers succès avec Joe le Taxi en 1987, puis, avec deux albums, M et J et le célèbre Variations sur le même t'aime, dont tous les textes ont été signés Serge Gainsbourg. Et côté vie privée, tandis qu'elle sort d'une idylle de plusieurs années avec Florent Pagny, l'interprète de Tandem fait la connaissance de Lenny Kravitz. Un coup de foudre artistique, mais aussi, amoureux. De cette relation naîtra l'album sobrement intitulé Vanessa Paradis, sorti en 1992, qui lancera la carrière internationale de celle-ci. Mais contre toute attente, c'est bien Vanessa Paradis elle-même, sûre de ce qu'elle voulait chanter à l'époque, qui est allée chercher le chanteur américain pour collaborer avec lui.

"Je n’ai jamais eu peur de proposer des choses ou qu’on me dise non. La musique, c’est un domaine où j’ai pu provoquer les choses. Gainsbourg n'est pas venu à moi, je lui ai demandé. Kravitz, c’était pareil", précise ainsi la maman de Lily-Rose Depp dans une interview accordée au Figaro, mercredi 11 décembre, et qui ajoute que son ego aurait à cette époque pu supporter un refus de la part des deux artistes. Si l'on retiendra de sa collaboration avec Serge Gainsbourg la célèbre phrase prononcée par le chanteur, "Paradis, c'est l'enfer", de celle avec Lenny Kravitz, impossible d'oublier leur histoire d'amour pendant quatre ans, qui s'est terminée subitement en 1996. Et tandis que la chanteuse a tourné

Retrouvez cet article sur GALA

Quand Céline Dion s’autoparodie dans une longue vidéo ultra-kitsch
PHOTOS - Letizia d’Espagne sublime en look monochrome avec une cape noire Zara à 60 €
PHOTOS - Kate Middleton et Camilla Parker Bowles : concours de diadèmes à Buckingham Palace !
Jacques et Gabriella de Monaco : leur fabuleux goûter d’anniversaire au palais
Elton John confondu avec un vulgaire inconnu : cette grosse bourde de la presse anglaise