Valls se positionne pour diriger la Catalogne en réclamant la démission du président actuel

Anthony Berthelier
En réclamant la démission du président de Catalogne, Valls (ici le 15 juin 2019) se positionne pour lui succéder.

ESPAGNE - Quizas, quizas, quizas. L’ancien premier ministre Manuel Valls a réclamé ce jeudi 17 octobre la démission du président de la communauté de Catalogne Quim Torra. Selon lui, l’indépendantiste n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des Barcelonais alors que la ville est en proie à la violence depuis la condamnation ce lundi d’anciens dirigeants pour la tentative de sécession de 2017.

“Nous verrons”, a-t-il répondu quant à la question de savoir s’il proposerait son nom pour succéder à l’actuel dirigeant. “Nous verrons, il n’y a pas encore d’élections. Nous voulons être utiles et nous verrons quel sera le meilleur moyen de l’être”, a lancé celui qui dirige désormais le parti baptisé Barcelona pel Canvi.

Une manière de se présenter comme une voie de recours à l’indépendantisme en cas d’élections anticipées. Et c’est ce qu’il souhaite ardemment depuis que les militants indépendantistes radicaux émaillent les nuits barcelonaises de violences.

Le retour de l’article 155?

De nombreuses voitures ont été incendiées et des cocktails Molotov jetés contre la police depuis lundi, sans que le président catalan ne condamne ces faits jusqu’à la nuit de mercredi à jeudi. Inacceptable pour Manuel Valls qui n’a pas hésité à plaider, lors de sa conférence de presse, pour le déclenchement de la loi sur la sécurité nationale ainsi que l’application de l’article 155 de la Constitution espagnole. 

La première permettrait notamment au gouvernement central de Madrid, dirigé par le Socialiste Pedro Sanchez d’assumer la direction des Mossos, la police régionale actuellement sous contrôle de la communauté catalane. Une mesure déjà appliquée en 2015, lorsque les indépendantistes avaient voté une motion visant à rendre la Catalogne indépendante. 

La mise en oeuvre de l’article 155 de la Constitution permet quant à elle au gouvernement espagnol de prendre le contrôle d’une communauté autonome qui manquerait aux obligations imposées par la Constitution, les lois, ou qui porterait gravement...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post