Valls, Le Pen, Hidalgo: les politiques condamnent les heurts du 1er mai

Au moins 4 membres des forces de l'ordre ont été blessés à Paris ce lundi lors du défilé du 1er mai, pendant des violences avec des individus cagoulés.

Ce lundi, à Paris, au moins trois CRS et un CSI ont été blessés dont l'un a été sérieusement touché lors de violences qui ont perturbé le cortège du 1er mai. Certains manifestants ont en effet lancé des projectiles et des cocktails Molotov contre ces agents.

Les réactions politiques n'ont pas tardé après ces heurts entre forces de l'ordre et des individus cagoulés. L'ancien Premier ministre et ancien ministre de l'Intérieur Manuel Valls a condamné sur Twitter les auteurs de ces faits:

"Soutien aux forces de l'ordre et aux CRS blessés, violences intolérables dans notre démocratie. Les casseurs doivent être sévèrement punis."

Marine Le Pen dénonce la "chienlit"

La candidate du Front national a réagi à l'événement peu après son meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis). "Je rends hommage aux deux CRS blessés à Paris. C'est cette chienlit et ce laxisme que je ne veux plus voir dans nos rues. MLP", a-t-elle ainsi tweeté. Le bilan des violences a été réévalué à trois victimes depuis cette publication. 

L'entourage de la prétendante à l'Elysée a également donné son mot. Florian Philippot, vice-président du Front national, a lié ces désordres à l'exécutif et au rival de Marine Le Pen dans le second tour de la présidentielle. "Voilà la France de Macron et Hollande, Stop ! Respect pour nos policiers et nos gendarmes", a-t-il écrit sur le même réseau social. 

Anne Hidalgo,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages