Valls s'exprimera mercredi à propos de Macron

Manuel Valls annoncera mercredi une position nette et claire par rapport à la présidentielle et à Emmanuel Macron, le candidat d'En marche! actuellement dans le duo de tête des sondages, face à un Benoît Hamon affaibli, a-t-on appris dans son entourage. /Photo prise le 29 janvier 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Manuel Valls annoncera mercredi une position nette et claire par rapport à la présidentielle et à Emmanuel Macron, le candidat d'En marche! actuellement dans le duo de tête des sondages, face à un Benoît Hamon affaibli, a-t-on appris dans son entourage.

"C'est lui qui, directement et en responsabilité, dira comment il voit la situation et l'élection qui vient. Ca sera clair et je pense assez net", a-t-on précisé.

L'ancien Premier ministre doit s'exprimer sur BFMTV.

Manuel Valls, finaliste malheureux de la primaire de la gauche face à l'ex-ministre de l'Education qu'il a exclu de parrainer, a réuni mardi ses soutiens, comme à l'habitude, à l'Assemblée nationale.

"L'assemblée est divisée", a dit à Reuters un participant à cette réunion à huis clos. "Ça discute beaucoup".

"Etre muet ne convient pas à un certain nombre", a-t-il ajouté en allusion aux fidèles de Manuel Valls favorables à un ralliement à Emmanuel Macron avant le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril.

"Mais parler collectivement avant le premier tour en tétanise d'autres", a-t-il poursuivi en allusion aux "vallsistes" favorables à un soutien, même a minima, à Benoît Hamon.

"Les propos d'Emmanuel Macron cet après-midi en ont refroidi quelques-uns", a dit à Reuters un autre participant.

"Il n'y aura aucun accord d'appareils, aucun accord avec des groupes", a déclaré le candidat d'En Marche! lors d'une conférence de presse.

Il a réaffirmé qu'il entendait rester "maître des horloges" à propos des ralliements. "Je ne ferme la porte à personne", a-t-il déclaré. "Je suis heureux que notre démarche suscite chaque jour un intérêt grandissant. Le soutien des citoyens je m'en réjouis. Mais l'agenda caché des politiciens, je m'en méfie", a-t-il dit.

Selon un autre participant, Manuel Valls estime que la situation politique est particulièrement incertaine avec un Front national "très haut et sûrement sous estimé et un second tour qui au-delà de tout est loin d'être joué, tant dans sa composition que son résultat".

Face à tout cela, "la famille progressiste doit tenir le choc et faire vivre ses valeurs. Les sociaux démocrates ne peuvent pas et ne doivent pas être confondus avec ce qui se passe", a-t-il ajouté.

Depuis la primaire, Manuel Valls réunit un mardi sur deux ses amis à l'Assemblée nationale, des parlementaires et des dirigeants socialistes.

Une cinquantaine de parlementaires étaient présents ce mardi ainsi que plusieurs ministres comme Jean-Jacques Urvoas, le garde des Sceaux, et Patrick Kanner, ministre de la Ville.

(Emile Picy, édité par Gérard Bon)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages