Vallancien – Comment stopper l’hémorragie des personnels soignants à l’hôpital

·1 min de lecture
La situation est particulièrement criante pour les postes de nuit.
La situation est particulièrement criante pour les postes de nuit.

La pandémie a accéléré un phénomène qui se dessinait de plus en plus nettement dans les hôpitaux publics situés dans les grandes métropoles régionales et tout particulièrement à Paris. Des centaines d?infirmiers, d?infirmières et d?aides-soignants se font porter pâle en longue durée ou quittent leur établissement pour aller travailler dans un établissement de soins plus proche de leur domicile. D?autres demandent à passer en statut de vacataire afin de choisir leurs jours et horaires de travail ou changent carrément de métier, éc?urés des conditions dans lesquelles ils et elles mènent leur vie professionnelle.

La dégradation des conditions de travail, le harassement dû à la pandémie, la déception des résultats concrets du Ségur de la Santé se conjuguent pour expliquer ce déficit en personnel formé et compétent qui semble s?accentuer. Une seule lueur d?espoir, les écoles d?infirmiers recrutent, mais le turn-over des personnels augmente, les soignants restant en moyenne à peine cinq ans à leur poste, du jamais-vu auparavant !

Salles d?opération fermées

La situation est particulièrement criante pour les postes de nuit. Les personnels qui travaillent de 23 heures à 8 heures du matin sont astreints à faire le trajet le soir dans des transports en commun peu sûrs pour rejoindre leur poste au sein d?un service où ils et elles ne croiseront quasiment jamais les équipes de jour, notamment les médecins, sauf urgence. Ces personnels travaillent seuls ou presque et sont [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles