«La Valeur de ‎‎l’eau»: le rapport de l’Unesco alerte sur le trésor mésestimé de «l’or bleu»

·1 min de lecture

L’Unesco vient de publier, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le rapport mondial des Nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau 2021, intitulé « La valeur de l’eau ». Un rapport dense qui, au regard de l’état actuel des ressources en eau, pointe la nécessité d’en améliorer la gestion durable et équitable si l’on veut atteindre les objectifs de développement durable du Programme des Nations unies à l’horizon 2030.

« Il est essentiel de reconnaître, de mesurer et d’exprimer la valeur de l’eau, et d’en tenir compte dans les prises de décisions. » Ainsi débute le rapport des Nations unies. Car contrôler la manière dont est établie la valeur de l’eau, c’est contrôler son utilisation.

Une gouvernance équitable des ressources repose essentiellement sur les valeurs que l’on attribue à l’eau suivant une variété de points de vue, allant de l’usage domestique, aux croyances coutumières et religieuses, ou encore à la valeur du maintien des cours d’eau pour préserver la biodiversité et aux droits humains fondamentaux.

Or, l’évaluation de la valeur de l’eau, qui est utilisée pour orienter les décisions politiques et les investissements financiers, est avant tout comptable et économique.

Mais dans un contexte de raréfaction de la ressource en eau et d’inégalité d’accès, même s’il faut s’attendre à ce que des dimensions si diverses de la valeur de l’eau soient compliquées à évaluer, il serait néanmoins nécessaire de trouver des compromis, afin de les intégrer dans les processus de décision.