Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes

Valentine Oberti sur le plateau de Quotidien

MÉDIAS - L’annonce a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. Ce mercredi 22 mai dans l’émission “Quotidien”, la journaliste Valentin Oberti a affirmé avoir elle aussi été convoquée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). La journaliste qui faisait son grand retour sur le plateau après un congé maternité, a expliqué avoir été entendue il y a deux mois, alors qu’elle enquêtait sur les ventes d’armes françaises à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis.

Elle raconte avoir bénéficié d’informations de la part de sources solides, informations sur lesquelles elle a voulu interroger par la suite Florence Parly, ministre des Armées. Cette dernière, assure Valentine Oberti aurait immédiatement enclenché une procédure judiciaire. “J’ai été convoquée pour compromission du secret de la défense nationale”, a déclaré la journaliste face à Yann Barthes.

Valentine Oberti, assistée d’un avocat lors de cette audition libre, assure avoir refusé de divulguer ses sources et précise que sa journaliste reporter d’images et son ingénieur du son ont également été convoqués. En plateau, elle a fait part de son inquiétude et rappelé que la loi protège les sources des journalistes.

Cette annonce intervient alors que ce mercredi matin, Le Monde a publié un éditorial annonçant qu’Ariane Chemin, la journaliste qui a dévoilé l’affaire Alexandre Benalla, était convoquée le 29 mai prochain par les policiers de la section des atteintes au secret de la défense nationale.

Dans son texte, le directeur de la rédaction, Luc Bronner, juge cette convocation particulièrement inquiétante pour la liberté de la presse. 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post