Valentin Montand : "Mon père voulait que je devienne un homme bien, j'essaie de respecter ça"

·2 min de lecture

Le fils unique d’Yves Montand n’avait pas 3 ans quand il a perdu son père. Il était  alors à peine plus âgé que celle qu’il nous présente aujourd’hui avec fierté. La blessure du manque, l’expertise d’ADN, et même le cauchemar de l’exhumation… Valentin a dû se construire une carapace pour affronter la vie. Trente ans après la disparition du géant de la scène, il se confie

Pour la première fois, « et la dernière », tient-il à préciser, il parle des sujets qui ont assombri ses jeunes années : l’exhumation de son père et les accusations d’inceste de Catherine Allégret. Valentin Montand est un homme heureux, concentré sur l’avenir de sa famille, patron d’une école de jeux vidéo créée avec sa compagne et des amis.

Lire aussi :Valentin Montand dans les pas de son père

Il nous reçoit à Montpellier, capitale française du « game », où il vit depuis neuf ans. Il raconte celui qu’il a peu connu mais qui le rend si fier. Il tient de Montand le sourire et la verve sympathique, une certaine ambition aussi, et le goût de la politique. De son enfance à Saint-Germain-des-Prés, il garde le souvenir de dîners animés, petit garçon assis entre Semprun et Costa-Gavras. Il n’a pas oublié la tristesse et le courage de sa mère, Carole Amiel, celle qui lui a tout transmis. A 32 ans, il célèbre le trentenaire de la disparition d’Yves Montand. En fin d’année, un livre, une exposition, une rétrospective à la Cinémathèque française… Et l’hommage d’un fils devenu père à son tour.

Paris Match. Maintenant que vous êtes père, le regard que vous portez sur le vôtre a-t-il changé ?
Valentin Montand. Oui. Mon père a eu une vie incroyable et j’aurais aimé qu’il me la raconte. Quand j’ai su que j’allais avoir un enfant, j’ai commencé à lui écrire une lettre qui lui restera. Mon père n’a pas pensé à la transmission, il voulait travailler jusqu’au bout.

Il vous a laissé un formidable héritage artistique. Y trouvez-vous des réponses ?
C’est un honneur de défendre ce patrimoine. Il m’a dédié une chanson, “Tu es le tout petit matin, Valentin”, c’est très beau, mais j’aurais préféré qu’il m’explique sa vision du monde. Une(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles