Valence : 6 mois ferme pour la mère qui avait agressé la CPE

La justice a montré qu'elle condamne fermement la violence en milieu scolaire. Vendredi, le tribunal de Valence, dans la Drôme, a condamné la mère d'élève qui avait frappé une conseillère principale d'éducation à douze mois de prison, dont six mois ferme. Lundi dernier, cette femme de 29 ans avait été convoquée au collège, car son fils, en classe de sixième, avait déclaré que sa mère le battait. Durant l'entretien, elle aurait roué de coups la CPE, la frappant violemment au visage. Devant la cour, elle a tenté d'expliquer son geste. " Oui j'ai frappé la conseillère car elle a sous-entendu que j'étais une mauvaise mère que je battais mon fils, j'étais crevée, fatiguée, je l'ai giflée, je n'aurais pas dû le faire, je suis désolée ", a-t-elle déclaré, selon " RTL "." Je suis encore choquée "La CPE, le visage toujours marqué par les traces de coups, n'a pas souhaité commenter le verdict. Au micro de " RTL ", elle a dit vouloir laisser " la justice faire son travail ". Elle a ajouté : " je suis encore choquée, mais je fais confiance à la justice ". Après son agression, la conseillère s'était vue délivrer dix jours d'arrêt de travail. De son côté, l'avocate de la mère de famille n'a pas encore dit si elle comptait faire appel de la décision.

Choqués par cette violence, les enseignants avaient décidé d'exercer jeudi matin leur droit de retrait. Lors de l'agression, les membres de l'établissement avaient dû intervenir pour mettre fin aux coups.

Retrouvez cet article sur elle.fr

L'Unicef lance une vaste enquête sur la violence à l'école
École : la violence en question
Violence verbale à l'école : halte aux gros maux !
Un directeur d'école primaire frappé par un ado de 12 ans

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.