Val-d'Oise : trois salariés d'un magasin de cuisine soupçonnés d'avoir détourné plus de 100 000 euros

Employés dans un magasin de cuisine, les suspects détournaient des paiements en liquide depuis plusieurs années (Photo : Getty Images) (Getty Images)

Respectivement vendeur, secrétaire et livreur, les trois complices avaient monté une combine pour récupérer à leur profit les paiements en espèces.

Leurs agissements illicites duraient apparemment depuis plusieurs années. Trois salariés (un homme et deux femmes) d'un magasin de cuisine installé dans la commune de Pierrelaye sont accusés d'avoir détourné d'importantes sommes d'argent censées revenir à leur employeur. À l'instar de deux employées d'une boulangerie arrêtées la semaine dernière dans les Yvelines, les suspects avaient pris l'habitude de prélever des paiements effectués en liquide par les clients.

Une combine bien huilée

Comme le détaille Ouest France, qui reprend des informations du Parisien, les trois salariés mis en cause occupaient respectivement les fonctions de secrétaire, de vendeur et de livreur, et avaient monté une combine pour s'enrichir sur le dos de leur employeur.

Le vendeur faisait ainsi tout son possible pour orienter les clients dont il avait la charge vers un paiement en liquide et vers sa complice secrétaire. Celle-ci se chargeait ensuite de falsifier les bons de commande qui allaient être utilisés par le livreur, afin de soustraire les sommes versées à la comptabilité du magasin.

Les trois suspects licenciés par leur employeur et bientôt jugés

Selon le quotidien régional, les trois employés se seraient servis dans la caisse de cette manière pendant plusieurs années, avant que la combine ne soit finalement découverte par le gérant de l'établissement, qui a repéré d'importantes anomalies dans les comptes au cours d'un inventaire.

La police a donc ouvert une enquête qui a notamment révélé que sur la seule année 2020, plus de 100 000 euros avaient été détournés par les suspects. Placés en garde à vue mi-novembre, les trois complices présumés ont également été licenciés par leur employeur. Ils ont tous trois reconnu les faits devant la police et seront prochainement jugés. Ouest France précise enfin que l'un des trois accusés, en l'occurrence le livreur, "s’est dénoncé au gérant et lui a rendu 15 000 € en espèces".

VIDÉO - Linky : attention à cette arnaque qui pourrait vous coûter très cher