Val-de-Marne: des postiers en grève contre la fermeture d'une plateforme logistique

·2 min de lecture
Le logo de la Poste, en 2017. (Photo d'illustration) - LOIC VENANCE © 2019 AFP
Le logo de la Poste, en 2017. (Photo d'illustration) - LOIC VENANCE © 2019 AFP

Une trentaine de personnes se sont rassemblées ce jeudi devant la plateforme La Poste de Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, pour dénoncer la fermeture du site programmée pour 2023, à l'appel de Sud-PTT et de la CGT, a constaté un journaliste de l'AFP.

"C'est ma troisième fermeture", soupire Stéphanie, chargée de fonctions support. "À chaque fois, j'ai déménagé", explique la syndiquée Sud-PTT, entrée à La Poste en 1997.

"On en a ras-le-bol"

"On en a ras-le-bol", embraie Olivier. "Soi-disant on était un centre d'avenir, cinq ans plus tard ils ferment. On ne comprend pas la politique de La Poste", avance cet employé du site de Bonneuil.

Construite en 2016, la plateforme située entre la Marne et une voie de chemin de fer devait initialement avoir un rôle "pilote" en matière de transport multimodal (par voie fluviale ou ferroviaire). Mais le courrier qui transite par la plateforme continue à être acheminé par la route, regrettent les syndicats.

"A quoi ça sert d'avoir injecté tout cet argent pour au final fermer le site?", s'interroge Ida Olofio, qui travaille dans l'équipe de nuit à Bonneuil.

Les salariés "seront accompagnés vers d'autres sites ou métiers"

Face à la baisse des volumes de courrier, la direction compte fermer "au premier semestre 2023" le site de Bonneuil, qui héberge des activités de redirection des caisses de courrier et de transport.

Les 209 salariés "seront accompagnés vers d'autres sites ou métiers au sein de l'entreprise en fonction de leur projet professionnel", a précisé l'entreprise à l'AFP.

"L'activité logistique de Bonneuil sera transférée vers d'autres sites postaux franciliens, notamment la plateforme courrier de Wissous", distante d'une vingtaine de kilomètres, a encore indiqué La Poste. Le bâtiment restera la propriété de Poste Immo, la foncière du groupe.

"Il y a de moins en moins ce côté humain"

Postier depuis 31 ans, un représentant de la CGT juge que "la direction n'a rien fait pour pérenniser le site, en ce sens qu'il n'y a pas eu de recherche d'activité complémentaire suite à la baisse de l'activité due en partie au Covid".

"Il y a de moins en moins ce côté humain" à La Poste, pour Stéphanie, qui envisage "pour la première fois" de quitter l'entreprise.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles