Val-de-Marne : le propriétaire du loft de la fête sauvage en garde à vue

Source AFP
·1 min de lecture
Arrivés sur place, les policiers constatent que quelque 300 personnes sont rassemblées, « dans un mépris total des règles sanitaires ». (Illustration)
Arrivés sur place, les policiers constatent que quelque 300 personnes sont rassemblées, « dans un mépris total des règles sanitaires ». (Illustration)

Alors que la France observe un deuxième confinement et des règles sanitaires strictes, des policiers ont dû interrompre une soirée privée réunissant 300 personnes dans le Val-de-Marne. Alertées par des riverains, les forces de l'ordre ont été prises à partie par les fêtards dans, a appris l'Agence France-Presse de source proche du dossier. Une enquête pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte et confiée à la sûreté départementale, a annoncé le parquet du Val-de-Marne.

Six policiers ayant participé à cette intervention ont porté plainte. Le Parisien précise ce dimanche que le propriétaire du loft où a eu lieu cette fête sauvage a été placé en garde à vue pour mise en danger d'autrui. Trois autres personnes, dont deux fêtards étant revenus sur les lieux pour récupérer des affaires, seraient aussi en garde à vue.

Un convive positif au coronavirus

Les faits ont eu lieu la nuit de vendredi à samedi 14 novembre. Vers 2 heures du matin, des voisins appellent la police en raison du tapage causé par une fête dans le pavillon d'un particulier à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Arrivés sur place, les policiers constatent que quelque 300 personnes sont rassemblées, « dans un mépris total des règles sanitaires », a dénoncé samedi la préfecture de police sur son compte Twitter.

Selon une source proche du dossier, les convives auraient été invités via les réseaux sociaux. Les fêtards « manifestement très avinés », d'après une autre sourc [...] Lire la suite