Val-d'Oise: la vidéo virale d'une femme armée d'un fusil maîtrisée en pleine rue par des gendarmes

·2 min de lecture
Une femme armée d'un fusil maîtrisée en pleine rue par un gendarme à Butry-sur-Oise - BFMTV
Une femme armée d'un fusil maîtrisée en pleine rue par un gendarme à Butry-sur-Oise - BFMTV

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Le 14 mai dernier à Butry-sur-Oise, commune du Val-d'Oise, des gendarmes ont réussi à maîtriser une femme qui déambulait dans la rue, armée d'un fusil de chasse.

C'est une patrouille de gendarmes mobiles de Sarreguemines (Moselle), détachée dans le Val-d'Oise, qui arrivent sur les lieux dans l'après-midi. Les militaires tentent de raisonner la suspecte, décrite comme fragile psychologiquement, pour faire en sorte qu'elle pose son arme. Sans succès.

Depuis une maison située à quelques mètres des lieux, un voisin filme la scène. "J'étais chez moi à l'étage, j'ai entendu du bruit, j'ai cru que des voisins se disputaient. J'ouvre la fenêtre et je tombe nez-à-nez avec une femme avec un fusil, c'est une scène incompréhensible", confie ce témoin sur notre antenne ce samedi.

Aucun gendarme blessé

Discrètement, alors que plusieurs gendarmes continuent de parlementer avec la femme armée, un militaire s'introduit dans la propriété du témoin, qui lui ouvre un portail, située à quelques mètres d'elle. "J'avais une vision sur la scène et je savais qu'il y avait une solution, qui consistait à ce que le gendarme passe par chez moi", explique le voisin à notre micro.

Ce dernier remonte aussitôt chez lui filmer la scène. Sur les images, on aperçoit le gendarme, qui se trouve juste derrière la suspecte, bondir sur elle et la plaquer au sol. Lorsque son arme touche le sol, un coup de feu part, mais n'a pas atteint les forces de l'ordre. La femme est rapidement maîtrisée et prise en charge par les pompiers, avant d'être conduite au sein d'une unité psychiatrique.

Le gendarme en question, âgé de 26 ans, a confié à nos confrères du Parisien que "la vidéo démontre surtout ce qu’est notre métier, qu’on peut toujours être exposé au danger quand on porte un uniforme". "Et surtout que notre but est de faire le maximum pour que ça se termine bien", a-t-il conclu.

Les actes violents impliquant des personnes armées en augmentation

D'après les forces de l'ordre, les interventions pour des personnes violentes et armées sont en augmentation cette année. "Du 1er janvier au 30 mai 2020, on avait eu l'intervention du GIGN sur 13 forcenés, là on est déjà à 27", a noté il y a peu le général Ghislain Réty, commandant du GIGN, sur notre antenne.

Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale témoigne également de cette augmentation. "Au cours de l'année 2020, on a traité des cas de forcenés à peu près un jour sur deux", a-t-elle détaillé sur notre plateau lundi dernier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles