Val d'Oise: un homme armé d'un couteau abattu à la gare d'Ermont-Eaubonne

·2 min de lecture
Illustration police BFMTV. - BFMTV
Illustration police BFMTV. - BFMTV

Un homme d'une trentaine d'années a été tué par des agents de sûreté de la SNCF ce mardi à proximité de la gare d'Ermont-Eaubonne, dans le Val d'Oise, a appris BFM Paris de sources policières.

"Un individu menaçant armé d'un couteau a nécessité l'intervention des agents de la sûreté à Ermont", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la SNCF.

Menaçant avec des enfants

Les faits se sont déroulés vers 16h. L'homme, âgé de 36 ans, s'est d'abord montré virulent envers des voyageurs qui attendaient leur train. Le comportement de cet homme a été signalé par un machiniste de la SNCF et des agents de la sûreté ferroviaire ont été appelés sur place.

En les voyant, l'homme a pris la fuite en dehors de la gare. Une fois à l'extérieur, a croisé près d'un passage piéton un groupe de 11 enfants et deux accompagnateurs à proximité d'un centre de loisirs. "Il a été menaçant envers les enfants. Il a dit aux agents de sûreté qu'il allait s'en prendre aux enfants s'ils ne le laissaient pas tranquille", a déclaré une source policière, précisant que personne n'a été blessé.

Selon les premiers éléments, il apparaît que l'homme abattu "a brandi son couteau vers les enfants mais l'enquête devra déterminer avec plus de précision ses gestes envers le groupe".

"Défavorablement connu"

Les agents de la sûreté ferroviaire sont alors intervenus pour neutraliser l'individu. C'est à ce moment qu'ils ont ouvert le feu, le touchant à plusieurs reprises, détaillent des sources concordantes à BFM Paris. Malgré l'intervention des secours, l'homme a été déclaré mort aux alentours de 17h.

Les agents de la sûreté ferroviaire ont été placés en garde à vue par le parquet de Pontoise pour les besoins de l'enquête qui a été confiée à la police judiciaire.

L'homme est "très défavorablement connu", selon une source policière. Il porte une quinzaine de mentions sur son casier judiciaire notamment pour "violences", a précisé cette source. Une cellule psychologique a été mise en place.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles