Valéry Giscard d'Estaing et les "diamants de Bokassa" : "Giscard n'a pas été le seul à recevoir des diamants", affirme l'ancien rédacteur en chef du Canard enchaîné

franceinfo
·1 min de lecture

Le mandat présidentiel de Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi 2 décembre, ne fut pas seulement le théâtre de réformes novatrices. Il fut aussi celui d'une affaire politico-médiatique sans précédent en France : celle des "diamants de Bokassa".

>> Mort de Valéry Giscard d'Estaing des suites du Covid-19 : suivez en direct les réactions et les hommages

Le 10 octobre 1979, une note du président centrafricain Jean-Bedel Bokassa datée d'avril 1973 paraît dans l'hebdomadaire satirique français Le Canard enchaîné. Elle affirme que Valéry Giscard d'Estaing a reçu en cadeau une plaquette de diamants de 30 carats, estimée à un million de francs de l'époque, alors qu'il était ministre des Finances. Le journaliste qui signe l'article, Claude Angeli (avec Pierre Péan), était l'invité de franceinfo ce jeudi.

franceinfo : Qu'est-ce qui vous amène à sortir cette affaire en 1979 ?

Claude Angeli : C'est une affaire très importante dans la mesure où Valéry Giscard d'Estaing est un amoureux de l'Afrique. Il y va pratiquer la chasse au gros gibier, et ensuite, il a des relations un peu bizarres avec Bokassa. C'est quand même une affaire où vous avez trois personnages absolument extraordinaires : le président le plus jeune que la France ait connu, Bokassa qui est un ancien de la coloniale, qui est devenu général et qui ensuite est devenu maréchal et qui a organisé un sacre payé par la France, c'est-à-dire par le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi