Valérie Trierweiler renonce à une émission sur D8

Le Nouvel Observateur avec AFP
Valerie Trierweiler

Valérie Trierweiler, la compagne du président de la République, a renoncé à un projet d'émission de télévision sur "D8" (groupe Canal +), a-t-elle annoncé dans un entretien mercredi 3 octobre à "Ouest-France".

"Après une période de réflexion, j'ai choisi de renoncer" a déclaré Valérie Trierweiler. "Avec "D8", où je travaillais depuis sept ans (...) nous avions imaginé un ou deux documentaires sur des grandes causes comme l'éducation des petites filles dans le monde ou les problèmes démographiques", a-t-elle ajouté.

Selon elle, "c’était un beau projet à vocation humanitaire, mais je comprends que, pour certains, être la compagne du Président et travailler pour une télévision puisse susciter des interrogations voire un trouble, c’est pour cette raison que je ne pas donne pas suite".

"Je n’oublie pas la chance dont j’ai bénéficié dans la vie. Il est temps pour moi de rendre, en me mettant au service des autres ; et des enfants en particulier", a tenu à préciser Valérie Trierweiler.

"Je ne vois pas comment faire sans salaire"

Interrogée sur son avenir en tant que journaliste, Valérie Trierweiler a affirmé qu'elle était "journaliste à Paris Match depuis 22 ans" où elle tenait "une chronique littéraire qui n’a rien à voir avec la politique". "Mes enfants sont à ma charge et je ne vois pas comment faire sans salaire", a-t-elle confié.

"La France détient le record de femmes actives : 85 %. J’en fais partie tout simplement. Conserver mon indépendance financière me semble également plus sain pour garder les pieds sur terre", a-t-elle affirmé.

La compagne du président de la République avait (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Valérie Trierweiler renonce à une émission sur D8
Trierweiler à propos du tweet: "C’était une erreur que je regrette"
Valérie Trierweiler bientôt chez Canal + ?
Trierweiler, "ambassadrice" de la Fondation Danielle-Mitterrand
EXCLUSIF. Royal – Trierweiler : le livre sur la guerre des dames
Royal–Trierweiler : "Si ces deux femmes acceptaient de se parler…"