Valérie Trierweiler : Un différend familial violent éclate entre deux de ses fils, la police obligée d'intervenir

Des policiers se sont rendus au domicile de Valérie Trierweiler dans la nuit de jeudi à vendredi pour séparer deux de ses fils qui en étaient venus aux mains.

D'après des informations révélées par le Parisien ce vendredi 27 octobre, des policiers ont été amenés à intervenir dans la nuit de jeudi à vendredi au domicile de Valérie Trierweiler, où la tension est montée entre deux de ses fils, elle qui a eu trois enfants avec Denis Trierweiler : Anatole, Lorrain et Léonard.

"Sur place, au deuxième étage d'un appartement du boulevard Murat, les forces de l'ordre, apparemment prévenues par le voisinage qui entendait des cris et des bruits de meubles, constatent que deux frères, visiblement très alcoolisés, en étaient venus aux mains. L'un d'eux, allongé à terre avec du sang autour de la bouche, était particulièrement agité et tenait des propos incohérents et agressifs. L'autre, torse nu, était plus calme. Dans l'appartement, outre Valérie Trierweiler et ses deux fils âgés de 26 et 29 ans, était également présente l'épouse de l'un d'entre eux. Selon les constatations des policiers, les deux femmes sont visiblement toutes deux désemparées par la situation à laquelle elles font face.", racontent nos confrères, avant d'expliquer que l'équipage présent sur place a tenté "de rétablir le calme".

Aucun blessé

Problème, l'un des deux frères ne s'est pas laissé faire et s'est alors mis à insulter les policiers, tout en "faisant des gestes agressifs envers eux", en "remettant en cause leur présence sur les lieux" et en "reprochant à sa mère d'avoir ouvert la porte aux 'flics'". Ce qui a notamment...

Lire la suite


À lire aussi

Alexandre Devoise papa : rare photo de ses deux grands fils, "des jumeaux qui ont deux ans d'écart"
"Deux lions dans une même famille" : Elisabeth Depardieu franche sur la relation entre Gérard et son fils Guillaume
"Ferme ta gu*ule !" : Grosses tensions entre Géraldine Maillet et Jean-Marie Bigard, Cyril Hanouna obligé d'intervenir