Valérie Pécresse, Xavier Bertrand : qui a le mieux géré sa région ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À droite, c’est presque une tradition. Tout aspirant à la fonction suprême jure la main sur le cœur de ne pas augmenter les impôts des Français. Mais aussi de faire des économies, et de contenir la dette et le déficit. Malgré des profils différents (l’une revendique fièrement son libéralisme quand l’autre se réclame d’une droite sociale), Valérie Pécresse et Xavier Bertrand partagent ces priorités. “Il n'y aura pas d'augmentation du niveau des prélèvements obligatoires. Nous financerons les baisses de rentrées fiscales (liées à une volonté de baisser les impôts de production, ndlr) notamment par des efforts sur la dépense publique. Je ne laisserai ni filer les déficits ni augmenter la dette”, claironnait le président des Hauts-de-France dans les Echos, en avril 2021.

Même tonalité martiale pour Valérie Pécresse, qui a promis des économies massives sur les dépenses de l’État, lors du Grand rendez-vous Europe 1-Les Echos, dimanche 29 août : “Il y aura des suppressions d’emploi (dans la fonction publique, ndlr)”, a même prévenu la candidate, sans avancer de chiffres précis.

Les Français peuvent-ils vraiment faire confiance à ces deux présidents de collectivités, prompts à s’auto-proclamer excellents gestionnaires ? Le palmarès de la Fondation Ifrap sur la gestion des régions, dévoilé en exclusivité par Capital en juin dernier, permet d’y voir plus clair. Il donne un très net avantage (sur la base des comptes administratifs en 2019) à l’Île-de-France de Valérie Pécresse (5ème) sur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'US Army développe un avion qui pourra mener une guerre électronique
Le "Ségur de la santé" devrait coûter plus cher que prévu
Le Japon veut aider Taïwan à se défendre face à la Chine
Défense : face à la Chine et à la Corée du Nord, le Japon dévoile un budget de 50 milliards de dollars
Fragilisé par le retrait d’Afghanistan, Joe Biden attendu au tournant sur l’économie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles