Pour Valérie Pécresse, "Marine Le Pen est le loup déguisé en grand-mère"

·2 min de lecture

Marine Le Pen est "comme dans le chaperon rouge, le loup qui se déguise en grand-mère" parce qu'au Rassemblement national "les antisémites sont toujours là", a déclaré Valérie Pécresse dimanche.

Marine Le Pen est "comme dans le chaperon rouge, le loup qui se déguise en grand-mère" parce qu'au Rassemblement national "les antisémites sont toujours là", prévient dimanche Valérie Pécresse qui exclut par ailleurs tout alliance avec LREM aux régionales en Ile-de-France. "Le RN, c'est comme dans le chaperon rouge: c'est le loup qui se déguise en grand-mère. Madame Le Pen est le loup déguisé en grand-mère et qui essaye de dédiaboliser son parti. Mais si on ouvre les placards (...), on s'aperçoit que les antisémites sont toujours là", a souligné la présidente sortante (ex-LR, Libres!) de la région Ile-de-France sur radio J. Mme Pécresse a cité le député européen Jean-François Jalkh "qui a tenu en 2000 des propos négationnistes sur les chambres à gaz" et le conseiller régional Axel Loustau "qui lorsque nous avons baptisé l'hémicycle du Conseil régional du nom de Simone Veil est sorti de l'hémicycle pour ne pas avoir à rendre hommage" à Mme Veil.

Pour les régionales de juin en Ile-de-France, Mme Pécresse fait la course en tête dans les sondages devant le numéro 2 du RN, Jordan Bardella, les trois candidats de gauche - Audrey Pulvar (PS), Clémentine Autain (LFI-PCF), Julien Bayou (EELV) - et le candidat LREM Laurent Saint-Martin.

"Je suis prise en étau entre deux extrêmes: l'extrême droite qui veut me faire perdre et une gauche qui est prête à s'allier avec des indigénistes, des islamo-gauchistes, des décroissants", a estimé Mme Pécresse qui a fait de sa réélection la condition d'une éventuelle candidature à l'Elysée en 2022. Mais hors de question pour elle de s'allier avec LREM après le premier tour, même s'il y avait un risque qu'elle soit battue. "Ce sera au LREM de prendre ses responsabilités. Moi je pars avec mes(...)


Lire la suite sur Paris Match