Valérie Pécresse constate "une hausse alarmante de l'insécurité à Paris et en Île-de-France"

Clément Boutin
·2 min de lecture
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse le 28 septembre 2020 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse le 28 septembre 2020 à Paris - Alain JOCARD © 2019 AFP

La présidente de la région Île-de-France prône l'utilisation de la reconnaissance faciale dans les transports en commun afin de lutter contre "le risque terroriste très élevé".

"Il faut mettre les moyens pour s'y attaquer". Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France a indiqué ce samedi, dans Le Parisien, constater "une hausse alarmante de l'insécurité à Paris" et dans toute la région.

L'ancienne membre des Républicains a notamment pointé du doigt la violence de "réseaux criminels" qui "s'affrontent sur fond de guerre de territoire", et les "réseaux mafieux" qui "se spécialisent dans les cambriolages".

Pour faire face à cette insécurité, Valérie Pécresse a assuré que "la région soutient l'équipement des polices municipales et la vidéoprotection partout en Île-de-France".

"Nous avons installé de la vidéo protection partout dans les transports en commun, on a financé le recrutement de mille agents supplémentaires sur le réseau de transports. Mais, dans le même temps, l'État nous a retiré 350 agents de police nationale! Je réclame une nouvelle fois leur retour", a-t-elle ajouté.

Intelligence artificielle

S'appuyant sur l'exemple de Rudolph Giuliani, l'ancien maire de New York, Valérie Pécresse a souligné l'importance, dans les transports en commun, de renforcer "le contrôle des titres de transport aux entrées" ainsi que de permettre aux agents de vérifier l'identité "des contrevenants".

La présidente de la région Île-de-France a également prôné, face à "un risque terroriste très élevé", l'utilisation de la reconnaissance faciale.

"N'attendons pas un drame pour agir! Je demande à l'État la création sans délai d'un comité d'éthique pour trouver un juste équilibre entre l'impératif de sécurisation des réseaux de transports et la préservation des libertés", a-t-elle plaidé.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :