Valérie Lemercier traumatisée : cette terrible phrase de sa tante qu'elle n'a jamais oubliée

·1 min de lecture

Confinement oblige, la sortie d'Aline, le dernier film de Valérie Lemercier a été repoussée. Une grosse déception pour la comédienne et réalisatrice qui s'est glissée dans la peau de Céline Dion à qui elle consacre un long-métrage inspiré de sa vie. L'occasion pour l'actrice de 56 ans de faire quelques confidences à son sujet. Outre des révélations surprenantes sur sa mère, qui ne connaissait pas du tout la célèbre diva, ou encore sur ses relations pas faciles avec son beau-fils, Valérie Lemercier s'est également livrée au sujet de ses blessures de jeunesse. Dans les colonnes de Télé 7 jours, la comédienne a même dévoilé un traumatisme.

"Céline, dans sa famille, on l'a toujours trouvé mignonne. Moi pas. Elle a dû entendre des choses désobligeantes sur son physique", a-t-elle déclaré, avant de révéler une terrible phrase qui l'a marquée à vie. "Pour ma part, j'en ai beaucoup entendu, a-t-elle assuré. Quand j'étais ado, c'était rude. Ma tante m'a dit un jour, en face : ’T'es vraiment pas jolie’. Je me disait, ce n'est pas grave, il n'y a pas que le physique dans la vie, je peux bien faire autre chose, comme jouer la comédie. La scène rend plus beau."

Et la scène a effectivement été une véritable thérapie pour l'actrice. "Après un spectacle, je n'ai pas le même visage, a confié Valérie Lemercier. L'adrénaline, sans doute. Il faut redescendre. Alors, j'imagine l'effet décuplé que doit ressentir Céline quand elle se produit dans des stades. Et, pourtant, c'est quelqu'un qui n'a jamais (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Gabriel Attal gêné : il s'explique après sa boulette sur le couvre-feu
Amélie Neten (Secret Story) : ces propos au sujet de son fils qui la mettent hors d’elle
Laetitia (ADP 13) : qui est son célèbre compagnon qui a souffert d'un cancer jeune ?
PHOTO Mounir (Pékin Express) séparé de Lydia : il dévoile sa nouvelle compagne
Inès (Koh-Lanta) remontée contre le gouvernement : l'infirmière raconte sa première nuit de garde