Valérie Lemercier incarne Céline Dion dans "Aline" : "J’espère qu’elle verra le film un jour"

·2 min de lecture

La vie de Céline Dion à la sauce Valérie Lemercier ? C'est ce que promet Aline, l'un des films les plus attendus de l'automne 2020. Le long-métrage réalisé par l'humoriste sortira en salles le 11 novembre et déjà, on ne parle que de ça ! Il faut dire que les premières images dévoilées par la bande-annonce ont été accueillies avec beaucoup d'enthousiasme tant elles étaient criantes de vérité. Pour autant, Valérie Lemercier a souvent fait part de sa fébrilité concernant l'accueil que le public fera au film. "Je crois que c’est un hommage à elle, mais aussi à René. Jusqu’ici, les fans de Céline qui ont vu le film, et qui arrivaient avec des appréhensions, sont super rassurés. J’espère que vous le serez aussi", déclarait-elle déjà au média québécois La Presse début octobre. Mais il y a une personne en particulier dont elle attend vraiment l'aval : Céline Dion elle-même !

Valérie Lemercier explique ainsi dans Le Télégramme que la chanteuse québécoise n'a pas elle-même supervisé la préparation de ce biopic un peu spécial : "Son entourage a lu le scénario. Il a immédiatement compris qu’on était ni dans la moquerie, ni dans la parodie. Je n’aime que le premier degré. Et le film s’y prête !". Autant de bienveillance qui pourrait faire succomber l'interprète de Pour que tu m'aimes encore. "J’espère qu’elle le verra un jour", souffle même Valérie Lemercier.

Et si la comédienne de 56 ans travaille depuis trois ans sur ce projet lourd de 23 millions d'euros de budget, elle l'assure : le biopic n'est pas un genre cinématographique dans lequel elle compte s'enfermer. "Si Aline a vu le jour, c’est parce que j’avais envie de faire le film et de le jouer !", glisse-t-elle à nos confrères. "Je pense que je ne ferai plus de biopics. Ce n’est pas le genre que je préfère. Le film montre, avant tout, que la notoriété extrême conduit à l’isolement. De fait, il souligne le décalage entre la vie d’avant la célébrité et celle d’après".

À lire aussi : “Pourquoi je vis” : ce qu’a pensé Karine Ferri (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite