Valérie Bacot condamnée à 4 ans de prison dont 3 avec sursis, elle ne retournera pas en prison

·2 min de lecture

Au terme de cinq jours de procès, Valérie Bacot, jugée pour avoir tué son mari violent et proxénète, a été condamnée à quatre années de prison dont trois avec sursis. Elle ne retournera donc pas en prison.

Elle n'avait "aucune échappatoire", selon les experts. Ce vendredi, au cinquième jour de son procès, Valérie Bacot a été reconnue coupable d'assassinat et condamnée à 4 années de prison dont 3 avec sursis pour avoir tué son mari violent, incestueux et proxénète. Ayant déjà effectué une période de détention provisoire d'un an, l'accusée ne retournera pas en prison. Elle sera toutefois soumise à un régime probatoire. Elle a également reçu une injonction de soins, et on lui a notifié une interdiction de détention d'arme. sa famille, ses proches ont applaudi la sentence - un fait rare dans un tel lieu - avant de fondre en larmes pour certains. 

Plus tôt dans la matinée, Valérie Bacot a fait un malaise à l'énoncé des réquisitions. Le ministère public avait en effet requis cinq ans de prison, dont quatre avec sursis. L'avocat général demandait donc au jury de ne "pas [la] réincarcérer":

"Valérie Bacot ne pouvait pas prendre la vie de celui qui la terrorisait" mais il faut "fixer l'interdit sans réincarcérer", a affirmé l'avocat général Eric Jallet devant les assises de Saône-et-Loire, soulignant que ses quatre enfants avaient "besoin" de l'accusée.

Valérie Bacot était accusée d'avoir tué son ex-beau-père, qui l'a violée dès l'âge de 12 ans avant de devenir à la fois son mari et son proxénète. L'affaire a suscité un vif émoi, rappelant le cas de Jacqueline Sauvage, symbole des violences conjugales, condamnée pour avoir tué son mari, puis graciée en 2016. 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles