Vaimalama Chaves porte plainte après avoir été agressée par des jeunes

·2 min de lecture
Miss France 2019 Vaimalama Chaves ici photographiée le 9 novembre 2019 à Cannes.  (Photo: Toni Anne Barson via Getty Images)
Miss France 2019 Vaimalama Chaves ici photographiée le 9 novembre 2019 à Cannes. (Photo: Toni Anne Barson via Getty Images)

FAITS DIVERS - “Aujourd’hui je suis en colère parce que je me suis fait agresser.” Face caméra, elle souffle, puis coupe la vidéo. Dans un message posté sur Instagram samedi 25 septembre, l’ancienne Miss France 2019 Vaimalama Chaves exprime sa colère, mais aussi son désarroi après s’être fait agresser par des jeunes à Paris.

Elle reprend par écrit: “Aujourd’hui, j’ai été attaquée par une bande de moins de 18 ans, donc pas condamnable, mais ce n’est pas normal”, s’indigne-t-elle. Ces jeunes, explique-t-elle, lui ont jeté des cailloux “pour rigoler”. Puis “ils ont essayé de me voler mon téléphone, ils se sont amusés à m’en jeter davantage quand je partais”.

Instagram @VaimalamaChavesoff (Photo: Instagram @VaimalamaChavesoff)
Instagram @VaimalamaChavesoff (Photo: Instagram @VaimalamaChavesoff)

Pour illustrer ses propos, Vaimalama Chaves publie une vidéo qu’elle a eu le “réflexe” de prendre durant son agression et qui l’a “sauvée”. On y voit une dizaine de jeunes garçons autour d’elle, puis qui s’enfuient en cachant leurs visages. Avec le commentaire de l’ancienne miss: “Je veux pas (sic) que quelqu’un d’autre ait à vivre ça. L’insécurité, la colère, la perte de moyen.”

“Non monsieur, je n’ai pas reçu ‘que’ des cailloux”

Car Vaimalama Chaves dit surtout s’être sentie “faible” et “démunie”. “Je vous avoue que les mots me manquent et je suis déçue de n’avoir pas eu le pouvoir de faire ce qu’il fallait. Pourquoi devrions-nous nous taire? Pourquoi devrions-nous subir?”, raconte-t-elle à ses 570.000 abonnés.

Outre ses agresseurs, elle en veut aussi à la police, qui aurait minimisé sa détresse et s’insurge: “J’ai tenté de filmer pour le montrer à la police, qui une heure après n’est toujours pas là. ‘Ça va, elle n’a reçu que des cailloux’ par téléphone. Non monsieur, je n’ai pas reçu ‘que’ des cailloux.”

Quelques heures plus tard, elle annonce avoir porté plainte. “Les choses n’en resteront pas là. Si moi j’ai vécu ça et que j’ai pu vous le montrer, des milliers d’autres subissent pareil et pire et ne disent rien. Le silence n’a pas lieu d’être.” Et de conclure, “s’il vous arrive une agression, quelle qu’elle soit, dites-le. À tout le monde, faites savoir ce qu’il se passe parce que ce n’est pas de votre faute.”

À voir également sur Le HuffPost: Quand Inès Reg parodie miss France pour représenter le 91

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles