Vagues de froid ou de chaleur : quelles sont les conséquences des températures extrêmes sur notre corps ?

Magali Cohen / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La chaleur et le froid ont des conséquences sur notre corps, notamment sur notre système cardiovasculaire, qui peuvent mettre en danger la santé. Explications.

L’année 2022 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée en France, alors que l’hiver en Amérique du Nord a été extrêmement froid, avec des températures glaciales pouvant atteindre jusqu’à -55 °C. Un contraste qui met en exergue à quel point le changement climatique pourrait nous exposer à des températures de plus en plus extrêmes. Ces chaleurs ou froids excessifs peuvent avoir des conséquences graves sur la santé, illustrées par les 15.000 décès supplémentaires causés par la canicule de 2003. Certes, la grande majorité de ces victimes étaient des personnes âgées, mais deux études récentes montrent que les vagues de froid ou de chaleur ont un impact physiologique même chez les jeunes adultes en bonne santé.

Les effets de la canicule sur notre corps

La première étude, publiée le 21 novembre 2022 dans la revue Scientific Reports, a analysé les effets de la canicule en reproduisant des conditions caniculaires dans un laboratoire. Sept hommes âgés de 21 ans en moyenne y ont passé 9 jours : durant les trois premiers jours, la température était représentative des conditions climatiques normales d’été en Europe centrale (25 °C durant la journée et 22 °C durant la nuit) ; pendant les trois jours suivants, il y a eu une hausse du thermostat (35 °C le jour et 26 °C la nuit), similaire à celle observée durant des canicules en Slovénie, où l’étude a eu lieu ; les trois derniers jours, les températures sont revenues à celles du début de l’expérience. L’humidité est restée stable à 45 % tout le long de l’étude. Pendant la journée, les participants étaient habillés en bleu de travail et devaient faire des activités imitant la charge de travail normale pour les travailleurs dans le secteur industriel, et la pause déjeuner se passait à des températures comparables à celles d’une cafétéria climatisée (25 °C).

Un impact cardiovasculaire prolongé

La température de la peau des participants était de 33,5 °C durant les premiers jours, puis elle est montée à 33,9 °C durant les trois j[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi