Vague de froid : l’hiver est rude pour les sans-abri

À 20 heures, le parvis de la gare de Mulhouse (Haut-Rhin) est un passage obligé pour chaque maraude de la Croix-Rouge. Mercredi 10 février, la température ressentie a plongé jusqu’à -10°C. Des sans-abri sont venus chercher de quoi se réchauffer, et un peu de réconfort. "On retrouve des gens, comme je suis une personne seule, ça permet de sortir de l’isolement, et les boissons chaudes, ça réchauffe le corps, l’esprit et surtout le cœur", explique un sans-abri. Distribution de chaussettes, de kits d’hygiène… À part un homme, qui refuse d’être conduit dans un abri, personne ne passera la nuit dehors. Avec le Covid-19, moins de SDF dorment dehors Cet hiver, avec le plan Grand froid et la crise sanitaire, la grande majorité des sans-abri sont hébergés. "C’est l’un des seuls avantages de la Covid, c’est qu’il y a beaucoup moins de personnes qui dorment dehors. En temps normal, sur une maraude d’hiver, on voit ici jusqu’à 40 personnes, en ce moment on en voit beaucoup moins, environ 25 de moins en moyenne", explique un bénévole. Le nombre d’appels au 115 a augmenté de près de 30% cet hiver à Mulhouse.