Vague de froid : les arboriculteurs au chevet de leurs vergers

À Bessenay, dans le Rhône, un halo de lumière s’étend dans tout le verger. Ces flammes représentent l’unique espoir des arboriculteurs, face au gel qui menace les arbres en fleur. Alain Coquard a allumé des centaines de bougies aux pieds de ses pêchers et abricotiers, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 avril. "On espère gagner 3 à 4 degrés, on espère revenir à zéro", explique-t-il. Le contact avec le gel est en effet critique quand le fruit commence à se développer. Un investissement lourd L’investissement est lourd pour Alain Coquard : 6 000 euros au total pour les bougies, et 7 000 euros pour un convecteur qui diffuse de l’air chaud. "Ça fait trois, quatre ans de suite qu’on a des pertes en abricots, en cerises aussi. Ce sont des pertes qui peuvent représenter entre 100 000 et 150 000 euros", explique ce dernier. L’investissement est donc nécessaire. Mercredi 7 avril au matin, il était plutôt rassuré : sa méthode a fonctionné. Il veillera à nouveau sur ces fruits la nuit prochaine.